Brésil-Corruption massive au sein du ministère des Finances

jeudi 26 mars 2015 20h27
 

BRASILIA, 26 mars (Reuters) - Les autorités policières brésiliennes ont annoncé jeudi qu'elle avaient mis un jour un système de fraude fiscale et de corruption au sein d'une entité du ministère des Finances susceptible de représenter jusqu'à 19 milliards de reais (5,5 milliards d'euros).

Cette nouvelle affaire intervient au beau milieu du scandale de corruption entourant la compagnie pétrolière publique Petrobras, qui a entraîné une chute de la popularité de Dilma Rousseff, la présidente brésilienne réélue il y a peu.

Dans le cas annoncé ce jeudi, Marlon Cajado, inspecteur de la police fédérale, a déclaré que des entreprises avaient versé des pots de vin à des membres du Conseil administratif de recours fiscaux (CARF), un corps au sein du ministère des Finances où sont entendus les appels dans le cadre de litiges fiscaux, afin d'obtenir des verdicts favorables sur les sommes dues.

La police a précisé qu'elle menait une enquête auprès de 70 entreprises, dont aucune n'a été nommée. Les membres du CARF, ainsi que des conseillers fiscaux et des avocats soupçonnés d'avoir agi comme intermédiaires dans les versements de pots de vin, font également l'objet d'une enquête.

A ce stade, les enquêteurs estiment que les décisions suspectes passées en revue représentent déjà une évasion fiscale de cinq milliards de reais.

Ils examinent d'autres cas et le total pourrait monter jusqu'à 19 milliards, précisent dans un communiqué les services fiscaux brésiliens.

Les cas qui font l'objet d'une enquête sont passés devant le CARF entre 2005 et 2013, soit bien avant que l'actuel ministre des Finances Joaquim Levy ne prenne ses fonctions.

Si ce dernier ne peut être tenu pour responsable, ce cas de fraude fiscale est susceptible d'alourdir encore le climat politique au Brésil, où, selon un sondage publié lundi, une majorité de personnes sont favorables à une procédure de destitution de Dilma Rousseff après le scandale Petrobas.

"Ceci assombrit encore davantage l'atmosphère", a dit un responsable du ministère des Finances sous couvert d'anonymat.   Suite...