LEAD 1-PAI et Goldman lancent la procédure de vente de Xella-sces

mercredi 25 mars 2015 15h15
 

(Actualisé avec du contexte)

FRANCFORT, 25 mars (Reuters) - PAI et Goldman Sachs ont lancé des travaux préparatoires en vue d'une introduction en Bourse ou d'une cession du groupe de matériaux de construction allemand Xella, une opération dont le montant pourrait atteindre 2,5 milliards d'euros, ont dit à Reuters deux sources proches du dossier.

Les deux investisseurs ont demandé à la banque Rothschild de passer en revue les options de l'entreprise et une introduction en Bourse en 2016 est considérée comme l'hypothèse la plus vraisemblable, ont ajouté les sources.

Xella vise un excédent brut d'exploitation (EBE, Ebitda) de quelque 300 millions d'euros en 2016 et sa valorisation pourrait représenter entre huit et neuf fois ce montant, ont précisé les sources.

Rothschild, PAI et Goldman Sachs se sont refusés à tout commentaire.

Les deux fonds, propriétaires de Xella depuis 2008, espèrent profiter de l'embellie boursière, suivant ainsi l'exemple d'Apax, qui, la semaine dernière, a introduit en Bourse le site britannique de vente de voitures en ligne Auto Trader et CVC, qui a placé en février sur le marché une participation dans l'opérateur de télécommunications suisse Sunrise.

Xella, qui emploie environ 6.800 personnes, a dégagé sur l'exercice annuel clos en mars 2014 un Ebitda de 213 millions d'euros, une perte nette de 19 millions d'euros et un chiffre d'affaires de 1,3 milliard d'euros. Sa dette nette ressortait à 624 millions d'euros.

Tout en s'occupant des préparatifs en vue d'une IPO, Rothschild sondera également des groupes internationaux qui pourraient être intéressés par Xella; il est probable que figureront parmi eux certaines des sociétés qui, en 2013, avaient été intéressées par l'équipementier allemand des salles de bains et cuisines Grohe, estiment les sources.

Le japonais Lixil a racheté Grohe à des fonds de capital-investissement pour quatre milliards de dollars, soit l'investissement le plus important jamais réalisé par une société japonaise en Allemagne.

Le thaïlandais Siam Cement, le brésilien Duratex , l'américain Fortune Brands et le suisse Geberit s'étaient également montrés intéressés.

(Arno Schuetze, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Marc Angrand)