25 mars 2015 / 08:49 / il y a 3 ans

Les experts sur le site du crash de l'A320 de Germanwings

par Jean-François Rosnoblet

SEYNES-LES-ALPES, Alpes-de-Haute-Provence , 25 mars (Reuters) - L es premiers enquêteurs ont été transportés mercredi sur les lieu de la catastrophe de l‘Airbus 320 de la compagnie allemande Germanwings qui s‘est écrasé dans le sud des Alpes françaises avec à son bord 150 personnes.

Le ministre de l‘intérieur, Bernard Cazeneuve, a indiqué sur RTL que toutes les hypothèses devaient être étudiées sur l‘origine de l‘accident qui s‘est produit mardi matin près de Barcelonnette, dans les Alpes-de-Haute-Provence, mais que celle d‘un acte terroriste n‘était pas à ce stade privilégiée.

“Toutes les hypothèses doivent être regardées de près aussi longtemps que l‘enquête n‘a pas donné ses résultats”, a-t-il dit.

Mais un acte terroriste “n‘est pas l‘hypothèse privilégiée parce qu‘il y a une concentration des débris de l‘avion dans un espace de près d‘un hectare et demi, cela montre que l‘avion n‘a vraisemblablement pas explosé”, a-t-il dit.

Les enquêteurs disposent d‘une des boîtes noires de l‘appareil qui a été retrouvée dès mardi, celle qui enregistre les conversations et les sons dans le cockpit, et remise au Bureau d‘enquêtes et d‘analyses (BEA).

Bernard Cazeneuve a précisé qu‘elle était endommagée, pour ajouter : “Mais il est possible de reconstituer les éléments de cette boîte noire pour pouvoir l‘exploiter dans les heures qui viennent”.

Cinq hélicoptères assuraient mercredi matin des rotations vers les lieux de l‘accident, une zone escarpée, difficile d‘accès, située à environ 2.000 mètres d‘altitude.

HOLLANDE, MERKEL ET RAJOY ATTENDUS

Dès mardi, près de 600 gendarmes, militaires et pompiers avaient été mobilisés, notamment pour sécuriser les lieux où l‘Airbus A320, qui assurait une liaison entre Barcelone et Düsseldorf, s‘est désintégré.

De source proche de la gendarmerie, on a indiqué que les hélicoptères devaient amener sur place des experts de la section de recherche de la gendarmerie des transports, du BEA et d‘Airbus. Des médecins légistes doivent les rejoindre dans la journée.

Une colonne de gendarmes est partie a pied pour tenter également de gagner le site.

François Hollande est attendu en début d‘après-midi au PC des opérations avec la chancelière allemande Angela Merkel et le président du gouvernement espagnol Mariano Rajoy. Soixante-sept Allemands et 45 passagers ayant des noms à consonance espagnole figurent au nombre des victimes.

Un dispositif spécial constitué d‘une vingtaine de personnes pour l‘essentiel des interprètes et des psychologues, a été mis en place pour accueillir leurs familles.

“Il faut donner du réconfort à ces personnes qui sont confrontées à quelque chose d‘abrupt et de soudain, qui n‘arrive pas normalement dans la vraie vie. Aucun être humain ne peut supporter ça”, a déclaré à Reuters Marion Cotterill, responsable de la Sécurité civile des Alpes-de-Haute-Provence et en charge du dispositif. “On les laisse parler, on les écoute, on est là pour eux.” (Yann Le Guernigou à Paris, édité par ves Clarisse)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below