Bullard craint une incompréhension entre les marchés et la Fed

mardi 24 mars 2015 14h45
 

LONDRES, 24 mars (Reuters) - Le futur relèvement des taux d'intérêt aux Etats-Unis pourrait provoquer une réaction violente sur les marchés si elle prend les marchés par surprise, a déclaré mardi James Bullard, membre du comité de politique monétaire de la Fed.

S'exprimant lors d'un colloque à la City de Londres, James Bullard a jugé qu'un relèvement des taux "à un moment donné au cours de l'été" ne changerait pas la nature extrêmement accommodante de la politique mise en oeuvre par la Réserve fédérale.

Un alignement des anticipations des marchés sur celles de la Fed est nécessaire dans le contexte de la période d'expansion que connaît actuellement l'économie américaine, a-t-il insisté.

"Je pense que le rapprochement entre ce que pensent les marchés et ce que pense le comité (de politique monétaire de la Fed) devra avoir lieu à un moment donné", a dit James Bullard.

"C'est (une situation) potentiellement violente et cela m'inquiète. J'espère que les marchés et le comité de politique monétaire pourront parvenir à une sorte de rapprochement significatif des points de vue au cours des mois et des trimestres à venir."

La Fed ne cache plus depuis un an et demi sa volonté de procéder à terme à sa première hausse de taux d'intérêt depuis près de 10 ans mais les investisseurs continuent de s'interroger sur le calendrier du premier resserrement de sa politique monétaire.

La présidente de la Fed, Janet Yellen, a laissé transparaître la semaine dernière sa préoccupation face à la vigueur du dollar, ce qui a été interprété comme le signe qu'un relèvement des taux pourrait désormais intervenir plus tard que prévu.

James Bullard milite de longue date pour un relèvement progressif des taux afin d'amorcer le désengagement de la Fed des politiques non conventionnelles mises en oeuvre avec la crise financière de la fin des années 2000. Il ne fait toutefois pas partie des membres du comité de politique monétaire appelés à voter cette année.

"Zéro n'est plus le taux d'intérêt approprié pour l'économie américaine", a-t-il dit mardi.

Soulignant que l'économie américaine devrait connaître une croissance supérieure à 3% cette année et que le taux de chômage est en train de redescendre vers 5%, James Bullard a jugé que le moment était venu de franchir le pas. (Marc Jones et Huw Jones, Bertrand Boucey pour le service français, édité par Marc Angrand)