PSA veut atteindre 2% de marge "le plus tôt possible"-CFO

lundi 23 mars 2015 12h22
 

PARIS, 23 mars (Reuters) - PSA Peugeot Citroën veut atteindre le plus vite possible son objectif de 2% de marge opérationnelle, que son plan de redressement "Back in the race" a fixé pour 2018, a déclaré lundi le directeur financier du constructeur automobile.

"Nous voulons absolument finaliser cette reconstruction économique en allant chercher notre objectif de 2% de marge opérationnelle le plus tôt possible", a-t-il dit à des journalistes en marge d'une cérémonie marquant le retour de l'action PSA dans l'indice CAC 40.

"Ce que l'on voit depuis le début de l'année, ce sont plutôt des conditions plus favorables, avec un alignement de planètes plus favorable", a-t-il ajouté, faisant référence à la baisse de l'euro et à la modération des prix des matières premières.

Dans le cadre de "Back in the race", PSA veut restaurer durablement la rentabilité de son coeur de métier automobile, hors Banque PSA et Faurecia, qui a renoué de justesse l'an dernier avec une marge opérationnelle positive (0,2% hors résultats financiers des JV chinoises, contre -2,9% en 2013).

Pour y parvenir, le président du directoire Carlos Tavares a engagé des chantiers tous azimuts pour gagner en productivité, et a décidé de recentrer les trois marques du groupe sur leurs modèles de véhicules les plus rentables.

PSA a tenu le 17 mars un "capital day" pour faire le point sur ses véhicules à venir. Après cette présentation, l'action a toutefois perdu 4,7% sur le reste de la semaine, plusieurs analystes regrettant que l'événement n'ait pas été accompagné de nouveaux objectifs alors que PSA a relevé en février ses prévisions de free cash flow à moyen terme.

"Dans le marché actuel, les observateurs semblent s'habituer à ce qui est plus grand, plus audacieux, plus rapide ou plus haut", commente Max Warburton, analyste chez Bernstein. "Mais il ne faut pas oublier non plus que PSA était encore en soins intensifs il y a peu."

A 12h20, le titre perd 2,18% à 15,445 euros, dans un secteur automobile européen victime de prises de bénéfice.

PSA avait été sorti de l'indice CAC 40 il y a deux ans et demi au terme d'une année 2012 marquée par une crise financière violente pour le groupe. (Gilles Guillaume, édité par Dominique Rodriguez)