Tokyo a revu en hausse son diagnostic de l'économie en mars

lundi 23 mars 2015 11h41
 

TOKYO, 23 mars (Reuters) - Le gouvernement japonais a adopté un point de vue plus optimiste sur l'économie pour la première fois en huit mois, notant une tendance à une reprise modérée grâce au redressement de la production industrielle.

Dans son rapport économique mensuel paru lundi, le gouvernement réévalue également son évaluation de la production, des bénéfices des entreprises et de la confiance, encouragé par de nouveaux signes d'une reprise économique après une récession inattendue provoquée par la hausse de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) le 1er avril dernier.

Le gouvernement maintient cependant son point de vue sur la consommation privée et les dépenses d'investissemens, expliquant que les dépenses de consommation sont restées soutenues et que l'investissement des entreprises est resté en grande partie inchangées, laissant penser que l'économie est loin de réaliser un cercle vertueux.

La semaine dernière, le comité de politique monétaire de la Banque du Japon s'est prononcé en faveur du maintien d'un programme de rachats d'actifs de 80.000 milliards de yens (623 milliards d'euros) par an, ne voyant aucune nécessité de nouvelles mesures de soutien à l'économie dans l'immédiat. .

"L'économie poursuit une tendance de reprise modérée, une amélioration étant visible dans le secteur des entreprises", ont déclaré les services du Premier ministre à l'origine du rapport économique de mars.

Cela constitue une amélioration par rapport au mois précédent, lorsque le gouvernement avait dit que l'économie était dans une reprise modérée malgré la faiblesse enregistrée dans la consommation privée et d'autres domaines économiques.

Le gouvernement s'attend à ce que l'économie soit tirée vers le haut par un pétrole devenu bien moins cher, ce qui pourrait stimuler le pouvoir d'achat des ménages et réduire les coûts de fabrication des entreprises, bien que tout cela tarde à se répercuter au niveau des consommateurs.

La confiance du consommateur s'améliore, ainsi que les conditions de travail et de revenus, mais cela ne s'est pas beaucoup traduit sur la consommation privée", a dit un responsable des services du Premier ministre, évoquant le mauvais temps comme l'une des raisons derrière l'atonie de la consommation."Nous avons besoin de regarder attentivement la tendance".

Selon les services du Premier ministre, la production industrielle se redresse, alors qu'en février elle ne montrait, selon eux, que des signes de redressement. Les choses vont mieux aussi pour les bénéfices des entreprises même si l'humeur de ces dernières ne change guère, avec quelques signes d'amélioration toutefois. (Tetsushi Kajimoto, Claude Chendjou pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)