** LE POINT SUR LES MARCHÉS à l'ouverture des Bourses en Europe **

lundi 23 mars 2015 09h41
 

PARIS, 23 mars (Reuters) - Les principales Bourses européennes évoluaient en baisse lundi dans les premiers échanges, marquant une pause dans l'élan haussier pour partie initié par la faiblesse de l'euro et observé depuis le début de l'année, malgré la bonne tenue des Bourses asiatiques et de Wall Stret vendredi.

À Paris, le CAC 40 perd 0,51% (-26,02 points) à 5.061,47 points vers 09h35 GMT. À Francfort, le Dax recule de 0,9% et à Londres, le FTSE rétrograde de 0,3%. L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro abandonne 0,48% et le FTSEurofirst 300 0,44%.

Depuis le début de l'année, le CAC 40, qui est sur une série de sept gains hebdomadaires consécutifs de suite, affiche une progression de quelque 19% tandis que le Dax, qui devrait enregister son meilleur trimestre en 12 ans sur les trois premiers mois de l'année, a gagné près de 23% sur la période. La FTSE fait un peu moins bien avec une hausse de 7% depuis le début de l'année.

La Bourse de Shanghai a terminé sur une hausse de près de 2% pour atteindre un pic de près de sept ans tandis que la Bourse de Tokyo évolue à un nouveau plus haut de 15 ans, la barre des 20.000 points étant en vue.

Après avoir fortement baissé vendredi, ce qui s'était traduit par une vive hausse de Wall Street, l'indice dollar refait un peu du terrain perdu tandis que l'euro cède plus de 0,46% face au billet vert.

Malgré sa hausse de plus de 3% face au dollar la semaine dernière, la monnaie unique reste en baisse de près de 11% par rapport à la devise américaine depuis le début de l'année et accuse une chute de près de 25% sur les 12 mois écoulés.

Ceci devrait doper les bénéfices des entreprises européennes, qui génèrent la moitié de ces derniers en dehors de la zone euro. Inversement, la vigueur du dollar ne laisse pas d'inquiéter les investisseurs au sujet des résultats des entreprises américaines, craintes qui expliquent en grande partie la moins bonne performance de Wall Street depuis le début de l'année par rapport aux autres grandes places boursières.

La faiblesse de l'euro est à la fois le fait de l'annonce puis de la mise en oeuvre du programme de rachats d'actifs obligataires de la Banque centrale européenne (BCE) et de nouvelles crispations entre la Grèce et ses partenaires de la zone euro.

Angela Merkel et Alexis Tsipras se sont employés ces derniers jours à relativiser l'enjeu de la première visite officielle du chef du gouvernement grec à Berlin lundi mais le scepticisme affiché par de nombreux responsables politiques allemands augure mal de l'ambiance de la rencontre.   Suite...