22 mars 2015 / 15:53 / il y a 2 ans

Accueil plus que tiède en vue pour Alexis Tsipras lundi à Berlin

par Stephen Brown

BERLIN, 22 mars (Reuters) - Angela Merkel et Alexis Tsipras se sont employés ces derniers jours à relativiser l'enjeu de la première visite officielle du chef du gouvernement grec à Berlin lundi, mais le scepticisme affiché par de nombreux responsables politiques allemands augure mal de l'ambiance de la rencontre.

Sans vraiment surprendre, les médias allemands présentent le premier ministre grec comme un hors-la-loi et la chancelière allemande comme le shérif chargé de maintenir la cohésion de la zone euro.

"Quand le hors-la-loi grec Alexis Tsipras rencontrera Angela Merkel, considérée comme toute-puissante dans de nombreux pays, l'Europe entière assistera au spectacle comme envoûtée", écrit le Welt am Sonntag tandis que le Frankfurter Allgemeine Zeitung rappelle au dirigeant grec que l'Union européenne "n'est pas le Far West".

Pour les deux dirigeants, le scénario du duel de western n'est évidemment pas pertinent. Angela Merkel a certes reconnu jeudi qu'elle et Alexis Tsipras auraient lundi "le temps de nous parler en détail et peut-être aussi de nous disputer" mais elle a expliqué que cette rencontre ne constituait pas un enjeu clé de la confrontation en cours entre Athènes et ses créanciers internationaux.

De son côté, Alexis Tsipras a déclaré au quotidien grec Kathimerini que ses discussions avec la chancelière n'auraient pas lieu "sous pression".

Les deux dirigeants prévoient de donner une conférence de presse commune à 18h15 (17h15 GMT).

BERLIN ATTEND DES ENGAGEMENTS SUR LES RÉFORMES

Lors du Conseil européen de Bruxelles, jeudi et vendredi, le Premier ministre grec s'est engagé à présenter prochainement une liste détaillée de réformes censée permettre le déblocage de plusieurs milliards d'euros d'aides.

Alexis Tsipras et Angela Merkel ont l'un et l'autre dit que la liste de réformes ne serait pas dévoilée à Berlin lundi mais certains membres de la coalition gouvernementale allemande exigent que ce soit le cas.

"J'attends (de Tsipras) qu'il présente cette liste lors de ses discussions avec la chancelière lundi", a dit Thomas Oppermann, chef de file des sociaux-démocrates, membres de la coalition au Bundestag. "Je veux savoir une fois pour toutes si la Grèce est prête ou non à réformer."

"Il ne se passera rien si la Grèce n'est pas totalement transparente quant à sa volonté de réformer."

Pour Markus Söder, ministre des Finances conservateur du Land de Bavière, "ce serait une bonne chose si Tsipras pouvait convaincre la chancelière lundi qu'il a pris conscience de la gravité de la situation. Jusqu'à maintenant, la Grèce a fait des promesses mais ne les a pas tenues."

Le fait qu'Athènes réclame à Berlin des réparations pour l'occupation de la Grèce par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale alimente aussi la tension.

Le Bild am Sonntag publie dimanche des entretiens avec des survivants du massacre du village grec de Distomo, qui a fait 218 morts en 1944, mais aussi les résultats d'un sondage selon lequel 71% des Allemands sont opposés au paiement de réparations à la Grèce.

Marc Angrand pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below