Volkswagen à nouveau la cible d'une émission de télé en Chine

mercredi 18 mars 2015 12h19
 

PEKIN, 18 mars (Reuters) - La principale chaîne de télévision chinoise s'en est pris pour la deuxième fois en moins d'une semaine à Volkswagen, estimant cette fois que le constructeur automobile allemand a minimisé des fuites de moteurs affectant des voitures fabriquées dans le pays.

Des entreprises étrangères peuvent voir leurs ventes être affectées par ce type de révélations des médias chinois, susceptibles d'influencer les consommateurs.

Selon une émission diffusée mercredi par la chaîne CCTV (China Central Television (CCTV), le service client de Volkswagen ainsi que les concessionaires du groupe n'ont pas tenu compte de plaintes relatives à des fuites d'huile dans le bac à moteur, un défaut qui, selon des experts, peut déclencher un incendie.

"Nous sommes au courant d'informations de presse au sujet d'un problème d'huile de moteur et nous nous excusons sincèrement auprès de nos clients pour tout désagrément", a dit une porte-parole du groupe.

"Nous prenons ces informations très au sérieux et avons déjà lancé une enquête."

Volkswagen a rappelé plus de 93.000 modèles 2014 et 2015, y compris des Audi et des Porsche, à travers le monde pour des fuites d'huile.

Dimanche, une autre émission de CCTV a accusé des concessionnaires de Volkswagen, mais aussi de Nissan et de Mercedes (groupe Daimler ), d'avoir surfacturé des services de réparation ainsi que des pièces dont les automobilistes n'avaient pas forcément besoin.

Vers 10h40 GMT, le titre Volkswagen recule de 4,65% à la Bourse de Francfort, en phase avec un indice sectoriel plongeant de 3,85% sur un mouvement de prises de bénéfices.

Malgré sa chute du jour, cet indice affiche encore une hausse de près de 29% depuis le début de l'année, évolution qui s'explique par le coup de pouce que donne aux exportateurs, constructeurs automobiles en tête, la faiblesse de l'euro.

De son côté, le Stoxx 600 affiche un gain plus limité de 15,6% sur la période. (Jake Spring, Benoît Van Overstraeten pour le service français, édité par Véronique Tison)