La directrice de la banque centrale chypriote menacée de limogeage

dimanche 15 mars 2015 22h54
 

NICOSIE, 15 mars (Reuters) - Le président chypriote Nicos Anastasiades prend les dispositions nécessaires pour limoger la directrice de la banque centrale Chrystalla Georghadji accusée par le parlement de conflit d'intérêt, a annoncé un porte-parole du gouvernement, dimanche.

Le mari de Chrystalla Georghadji, dont elle est séparée, a travaillé comme avocat pour un homme d'affaires grec visé par une procédure judiciaire lancée par les autorités chypriotes après la faillite d'une banque locale en 2013.

"Le président de la république n'a pas d'autre choix que de demander au ministre de la Justice d'examiner les faits et de mettre en oeuvre les dispositions constitutionnelles pour la destitution de Mme Georghadji de ses fonctions", a dit le porte-parole.

Nicos Anastasiades s'est entretenu de cette affaire avec le président de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi. Nommée en avril 2014 pour un mandat de cinq ans, Chrystalla Georghadji est membre du Conseil des gouverneurs de la BCE.

Le gouvernement chypriote affirme qu'il n'était pas au courant au moment de la nomination de Georghadji que son mari était conseiller juridique d'un homme d'affaires grec au centre d'une enquête sur la faillite de la banque Laiki en mars 2013.

La faillite de cette institution était l'une des raisons qui avaient incité les autorités chypriotes à solliciter un plan d'aide auprès de l'Union européenne et du Fonds monétaire international.

Georghadji, qui dément tout conflit d'intérêt, a indiqué qu'elle n'avait pas l'intention de démissionner après une entrevue avec le président Anastasiades dimanche.

(Michelle Kambas; Pierre Sérisier pour le service français) ;))