LEAD 1-Air France reporte une réunion avec les syndicats

samedi 14 mars 2015 23h20
 

(Avec réaction d'Air France)

PARIS, 14 mars (Reuters) - Air France a reporté une réunion prévue lundi avec les syndicats sur la renégociation des accords d'entreprise, que ces derniers avaient promis de boycotter.

Dans un communiqué diffusé samedi soir, la direction d'Air France dit "regretter que les syndicats représentatifs de la compagnie aient pris la décision de ne pas participer à la réunion de lancement des discussions sur l'avenir d'Air France prévue lundi 16 mars".

"La réunion du 16 mars devait ouvrir un nouveau cycle de discussions s'inscrivant dans le prolongement du dialogue social qui a permis le succès du plan Transform 2015. Ce dialogue va se poursuivre et s'amplifier pour que le plan Perform 2020 réussisse à son tour et garantisse à Air France une compétitivité retrouvée et un avenir pérenne."

"C'est avec ces seuls objectifs que la direction entend les demandes de ses partenaires et propose donc de définir un nouveau cycle de rencontres, à une date prochaine qui conviendra à tous", ajoute le communiqué.

Un peu plus tôt, les syndicats avaient annoncé leur intention de boycotter la réunion de lundi.

Les syndicats "considèrent que les multiples déclarations médiatiques d'Alexandre de Juniac, président de la holding Air France-KLM, compromettent le dialogue social au sein de la compagnie Air France", avaient-ils dit dans un communiqué.

Le PDG d'Air France-KLM, Alexandre de Juniac avait annoncé le 9 mars dans Les Echos qu'il réunirait lundi 16 mars les syndicats de la compagnie aérienne pour renégocier les accords d'entreprise.

Le groupe Air France-KLM, qui s'efforce de faire face à une concurrence exacerbée dans le secteur aérien, en particulier des compagnies à bas coûts, a annoncé le mois dernier vouloir accélérer ses économies.

La CGT a perdu sa place de premier syndicat et chuté à la quatrième place, à 14,26% des voix, à l'occasion des élections professionnelles à Air France qui ont eu lieu jeudi, selon un document consulté vendredi par Reuters. (Chine Labbé et Jean-Stéphane Brosse)