February 5, 2015 / 5:14 PM / 2 years ago

LEAD 1-Rome veut relancer la vente d'une part d'Enel-sources

4 MINUTES DE LECTURE

MILAN, 5 février (Reuters) - L'Italie se prépare à relancer la cession d'une partie du capital d'Enel pour un montant légèrement inférieur à deux milliards d'euros, a-t-on appris jeudi de deux sources proches du dossier.

Le gouvernement de Matteo Renzi a annoncé vouloir vendre une partie des actions Enel détenues par l'Etat et les sources ont expliqué que le Trésor avait demandé à ses conseillers de surveiller le marché en vue de l'opération.

L'Etat, qui détient environ 30% du capital du numéro deux européen des services aux collectivités par les capacités installées, envisageait initialement d'en céder environ 6% l'an dernier mais il a reporté le projet en raison d'un contexte de marché peu porteur.

"Les conseillers ont repris la surveillance du marché depuis début janvier mais pour l'instant, ils n'ont reçu aucune indication du Trésor sur le calendrier de la vente", a dit l'une des sources.

Le quotidien Il Sole 24 Ore, dans un article non sourcé, écrit que le Trésor a décidé lundi, à l'issue d'une réunion avec ses conseils Equita et Clifford Chance, d'accélérer le processus de vente.

Le placement pourrait s'effectuer dans le cadre d'une procédure de constitution accélérée des livres d'ordres à partir de lundi prochain, les dates du 16 au 20 février semblant les plus probables.

Une source bancaire proche d'Enel a estimé que la vente pourrait être bouclée rapidement si le marché est favorable. Une autre a déclaré que de nombreux investisseurs attendaient la présentation, prévue en mars, du plan stratégique de l'administrateur délégué d'Enel Francesco Starace avant de prendre position sur le dossier.

Les résultats Annuels Meilleurs Qu'attendu

Comme bien d'autres acteurs traditionnels du secteur européen des "utilities", Enel a souffert de la crise économique des dernières années, qui a pesé sur la demande d'électricité et sur ses marges tandis que les producteurs d'énergies renouvelables devenaient peu à peu des concurrents de plus en plus sérieux.

Enel, l'un des groupes de services aux collectivités les plus endettés d'Europe, a annoncé jeudi avoir réduit son endettement net un peu plus qu'attendu en 2014, grâce entre autres à la vente de 22% du groupe espagnol Endesa.

Sa dette nette à la fin de 2014 était en baisse de 4,3% à 38 milliards d'euros, un montant inférieur à son objectif et aux attentes du marché.

Le géant de l'énergie visait un endettement de 39 à 40 milliards d'euros à cette date et le consensus Thomson Reuters SmartEstimate était à 39,4 milliards d'euros.

Le résultat brut d'exploitation (Ebitda) a reculé de 6% à 15,7 milliards d'euros en 2014.

Ce résultat est supérieur au consensus Thomson Reuters SmartEstimate qui le donnait à 15,4 milliards d'euros. Enel avait évoqué un objectif de 15,5 milliards d'euros.

Ces bonnes surprises n'ont pas suffi à interrompre la baisse de l'action Enel, alimentée par la perspective d'un afflux massif de titres.

Le titre a fini la journée en recul de près de 3% à 3,9160 euros alors que l'indice Stoxx européen du secteur affichait un repli de 0,8%. (Francesca Landini et Stephen Jewkes, Véronique Tison et Marc Angrand pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below