La BCE doit être stricte sur la liquidité d'urgence-Weidmann

jeudi 5 février 2015 09h22
 

FRANCFORT, 5 février (Reuters) - La Banque centrale européenne (BCE) doit être stricte dans l'octroi de fonds d'urgence pour le refinancement des banques, a déclaré jeudi le président de la Bundesbank, qui est membre du directoire de la BCE, une déclaration susceptible d'accroître la pression sur le secteur financier et les autorités en Grèce.

La BCE a annoncé contre toute attente mercredi qu'elle n'accepterait plus les titres d'Etat grecs comme garantie de ses opérations de refinancement, une décision qui reporte sur la banque centrale d'Athènes le poids du financement des banques grecques et isole la Grèce à moins qu'elle ne parvienne à un accord avec ses créanciers.

Il revient en effet à la banque centrale grecque d'assurer à ses propres risques le refinancement des banques du pays dans le cadre d'un programme de fonds d'urgence, dit ELA, dont l'activation est toutefois soumise à l'accord du Conseil des gouverneurs de la BCE.

"(Le programme) ELA répond à de stricts critères et ne s'adresse qu'à des banques solvables, pour le court terme", a dit Jens Weidmann dans un entretien accordé au quotidien financier Börsen Zeitung.

"Je suis d'avis que nous devrions appliquer des critères stricts pour le programme ELA. Si cela devait avoir des conséquences pour la stabilité financière, c'est aux politiciens d'assumer leurs responsabilités", a-t-il ajouté.

"Les gouvernements et les Parlements doivent prendre des décisions pour maintenir les banques à flot, ou les liquider. Après tout, cela concerne l'argent des contribuables." (Paul Carrel, Marc Joanny pour le service français, édité par Véronique Tison)