La BCE n'acceptera plus les titres d'Etat grecs comme collatéraux

mercredi 4 février 2015 22h50
 

FRANCFORT, 4 février (Reuters) - La Banque centrale européenne (BCE) a annoncé mercredi soir avoir levé l'éligibilité des obligations d'Etat grecques utilisées par les banques du pays en tant que collatéraux pour leurs opérations de refinancement au sein de la zone euro.

Cette décision a été prise car il n'est plus possible de compter sur l'aboutissement de la dernière revue en cours du plan d'aide à la Grèce, précise la banque centrale.

"Le conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne a décidé (...) de lever la dérogation concernant les exigences minimales en matières de notes de crédit pour les instruments de dette commercialisables émis ou garantis par la République hellénique", écrit la BCE dans un communiqué.

"La dérogation permettait à ces instruments d'être utilisés dans le cadre des opérations de politique monétaire de l'Eurosystème en dépit du fait qu'ils ne répondaient pas entièrement aux exigences en matière de note de crédit."

"La décision (...) est fondée sur le fait qu'il n'est pas possible actuellement de compter sur le succès de la revue du plan (d'aide) et est conforme aux règles de l'Eurosystème."

La BCE ajoute que les besoins de liquidité des banques grecques pourront, si besoin, être satisfaits par la fourniture de liquidité d'urgence (ELA).

L'euro perd de 1% à 1,1355 dollar après cette annonce.

Les trois agences de notation notent la dette souveraine grecque en catégorie spéculative ("junk"), à "B" pour Standard & Poor's et Fitch et à "Caa1" pour Moody's. (John O'Donnell, Juliette Rouillon pour le service français)