4 février 2015 / 19:34 / il y a 3 ans

Telecom Italia attend le feu vert du Brésil pour discuter fusion

par Danilo Masoni

MILAN, 4 février (Reuters) - Le groupe télécoms italien Telecom Italia va attendre le feu vert du gouvernement brésilien avant d'engager des discussions en vue du rachat de son concurrent local Oi, ont dit à Reuters deux sources proches du dossier.

Après avoir rencontré la semaine dernière les ministres brésiliens de la Communication et de l'Industrie, l'administrateur délégué de Telecom Italia, Marco Patuano, en informera le conseil d'administration lors d'une réunion jeudi pour examiner le nouveau plan stratégique du groupe.

En novembre, Telecom Italia a demandé à Marco Patuano d'examiner la faisabilité d'une fusion entre sa filiale brésilienne TIM Participacoes et Oi afin de donner naissance au premier opérateur de téléphonie au Brésil.

Les investisseurs attendent désormais avec impatience les conclusions de l'administrateur délégué à ce sujet.

"Un signe du gouvernement est nécessaire pour engager toute discussion directe avec Oi", a dit une des sources mercredi.

"Un renforcement de TIM est vu favorablement par les responsables politiques mais il reste des problèmes clés à résoudre", a déclaré une autre source.

Telecom Italia a refusé de commenter.

DISCUSSIONS JUSQU'À L'ÉTÉ

Le gouvernement brésilien examine actuellement les questions réglementaires et d'endettement et est engagé dans des négociations sur les licences qui pourraient durer jusqu'à l'été.

Après avoir perdu la bataille pour la filiale brésilienne GVT de Vivendi au profit du groupe espagnol Telefonica , Telecom Italia reste le seul opérateur à ne pas disposer d'un réseau fixe au Brésil.

Un accord avec Oi réglerait le problème puisque le champion national brésilien est leader sur les services de téléphonie fixe et numéro deux sur le haut débit fixe derrière le mexicain America Movil.

Mais face au risque de hausse des prix si le nombre d'opérateurs est ramené de quatre à trois, l'avis du gouvernement sera décisif. Aux Etats-Unis, les autorités de régulation ont bloqué des opérations qui auraient réduit le nombre d'acteurs de quatre à trois, tandis qu'en Europe ce type de concentration a été autorisée.

En outre, les licences d'Oi pour ses activités sur le fixe vont arriver à expiration en 2025, ce qui créé une incertitude sur la valorisation des actifs du groupe.

Les discussions sur ces sujets pourraient durer au moins jusqu'à l'été, a dit une source.

D'autres obstacles portent sur le niveau d'endettement du groupe, sa structure complexe et les obligations de "service universel imposées à Oi et qui pèsent sur ses coûts.

Telecom Italia a décidé de se concentrer sur le développement de son propre réseau au Brésil et va poursuivre son analyse en interne sur une fusion TIM-Oi, a dit une source

Le groupe italien souhaiterait détenir 51% du nouvel ensemble et des documents examinés par son conseil d'administration en novembre montraient des synergies potentielles pouvant atteindre neuf milliards d'euros.

Lundi, Marco Patuano a déclaré que Telecom Italia était plus à l'affût d'acquisitions en Europe qu'au Brésil, où il prévoit surtout d'investir dans son réseau existant. (Danilo Masoni, Claude Chendjou pour le service français, édité par Juliette Rouillon)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below