Osram veut poursuivre sa réorganisation, pas se scinder

mercredi 4 février 2015 12h37
 

FRANCFORT, 4 février (Reuters) - Le nouveau président du directoire d'Osram a déclaré mercredi vouloir accélérer la réorganisation du groupe mais il a exclu une scission comparable à celle prévue par son grand concurrent Philips.

Deuxième fabricant mondial d'ampoules d'éclairage derrière le néerlandais, le groupe allemand, auquel son ex-maison mère Siemens a donné son indépendance en 2013, a déjà supprimé plusieurs milliers d'emplois pour recentrer ses activités sur les ampoules LED, plus rentables.

"Nous devons reconstruire l'entreprise et peut-être devons nous être plus rapides", a dit Olaf Berlien, en poste depuis un mois seulement, après l'annonce d'une hausse de 23% du bénéfice d'exploitation au quatrième trimestre 2014, un résultat supérieur aux attentes.

Osram, qui réalise encore un tiers de ses ventes grâce aux ampoules traditionnelles, doit faire face à la concurrence de plusieurs fabricants asiatiques, comme le sud-coréen Seoul Semi , le japonais Nichia ou le taiwanais Epistar , présents uniquement sur le segment des LED.

Olaf Berlien a toutefois déclaré ne pas vouloir suivre l'exemple de Philips, qui s'apprête à séparer les ampoules classiques des LED.

"Cela n'a pas de sens", a-t-il dit à la presse.

Sur octobre-décembre, premier trimestre de son exercice fiscal 2014-2015, Osram a réalisé un bénéfice avant impôt, charges financières et amortissement (Ebita) de 151 millions d'euros, alors que les analystes financiers interrogés par Reuters attendaient en moyenne un résultat de 127 millions.

Pour l'ensemble de l'exercice, le groupe a réaffirmé tabler sur une marge d'exploitation ajustée comparable à celle du précédent mais aussi sur une baisse marquée de son bénéfice net en raison du coût de sa restructuration.

A la Bourse de Francfort, l'action Osram gagnait 2,84% à 43,48 euros à 11h22 GMT après avoir atteint un plus haut de dix mois à 44,69 euros. (Georgina Prodhan; Marc Angrand pour le service français)