Le commandant d'AirAsia a un moment quitté son siège-sources

samedi 31 janvier 2015 07h02
 

par Siva Govindasamy et Kanupriya Kapoor et Tim Hepher

SINGAPOUR/DJAKARTA/PARIS, 31 janvier (Reuters) - Le commandant indonésien de l'avion d'AirAsia qui s'est abîmé en mer de Java fin décembre n'était pas à sa place et effectuait une action inhabituelle quand son copilote français a apparemment perdu le contrôle et, quand il est revenu, il était trop tard, indiquent deux personnes proches de l'enquête.

Les informations qui apparaissent des derniers moments du vol QZ8501 pointent notamment vers des problèmes de maintenance.

L'Airbus A320 avait des problèmes de maintenance depuis plus d'une semaine sur un ordinateur de vol important et, selon une personne proche du dossier, le commandant avait volé sur le même avion avec cet appareil parfois défectueux quelques jours avant le crash.

AirAsia dit ne pas faire de commentaire tant que l'enquête de la commission indonésienne chargée de la sécurité des transports (NTSC) est en cours.

Reuters a indiqué cette semaine que les problèmes de maintenance sur un ordinateur, le Flight Augmentation Computer (FAC) et la façon dont les pilotes avaient réagi étaient au coeur de l'enquête.

Après avoir tenté de réinitialiser cet appareil, les pilotes ont coupé le courant en actionnant un disjoncteur, a rapporté l'agence Bloomberg vendredi.

C'est le commandant de bord indonésien, Iriyanto, qui a pris cette mesure, indique-t-on de source proche du dossier, et non son copilote, le Français Remy Plesel, moins expérimenté, qui était en train de piloter.

La panne n'a sans doute pas directement déstabilisé l'avion mais supprimé la protection du domaine de vol, qui est là pour empêcher le pilote de faire des man÷uvres qui forceraient l'aéronef à dépasser ses limites en matière de sécurité. Ce qui fait que le copilote a dû diriger l'appareil manuellement dans des conditions délicates d'altitude élevée.   Suite...