La Grèce au menu d'un dîner Hollande-Merkel à Strasbourg

vendredi 30 janvier 2015 13h10
 

* La victoire de Syriza accueillie avec méfiance à Berlin

* L'allègement de la dette grecque en question

* Paris prêt à négocier mais exclut l'abandon de créances

par Julien Ponthus et Gilbert Reilhac

PARIS/STRASBOURG, 30 janvier (Reuters) - François Hollande et Angela Merkel tenteront ce vendredi de trouver une position commune sur la Grèce, dont le nouveau Premier ministre, Alexis Tsipras, veut alléger le fardeau de la dette en renégociant les termes du plan de soutien international.

Autant le programme du parti de gauche radicale Syriza, qui a promis aux Grecs d'en finir avec l'austérité, est accueilli en France avec bienveillance par une partie de la classe politique, autant il est perçu avec méfiance de l'autre côté du Rhin.

Le président et la chancelière se retrouvent pour un dîner informel à Strasbourg, organisé par le président du Parlement européen, Martin Schulz. La rencontre, prévue le 11 janvier, avait été reportée en raison de la marche pour les victimes des attentats en France.

"Toutes les parties sont convenues de ne faire aucune déclaration à l'issue de la rencontre", a dit à Reuters un porte-parole du Parlement européen.

La visite d'Alexis Tsipras, sitôt sa désignation comme Premier ministre, au mémorial de Kaisariani, lieu de souvenir de la résistance grecque contre les nazis, a été interprétée comme un signe d'hostilité à Berlin où l'on redoute par ailleurs un rapprochement de la Grèce et de la Russie sur la question ukrainienne.   Suite...