January 29, 2015 / 9:09 AM / 2 years ago

LEAD 1-Shell réduit ses investissements après un T4 décevant

4 MINUTES DE LECTURE

(Actualisé avec précisions et cours))

par Dmitry Zhdannikov et Ron Bousso

LONDRES, 29 janvier (Reuters) - Royal Dutch Shell a publié jeudi des bénéfices trimestriels inférieurs aux attentes et annoncé son intention de réduire ses investissements de 15 milliards de dollars (13,3 milliards d'euros) sur les trois prochaines années, optant à son tour pour l'austérité face à la chute des cours du pétrole.

Le directeur général du groupe anglo-néerlandais, Ben van Beurden, a mis en garde contre les risques d'une réaction exagérée à la baisse des prix pour justifier le maintien des dividendes.

"Nous adoptons une approche prudente et nous devons veiller à ne pas sur-réagir à la chute récente des prix du pétrole", a-t-il dit.

L'action Shell perdait 3,5% à 20,77 livres vers 9h05 GMT à la Bourse de Londres, le marché sanctionnant un bénéfice hors éléments exceptionnels trimestriel de 3,3 milliards de dollars, inférieur de plus de 20% aux attentes.

L'indice regroupant les valeurs pétrolières européennes cédait pour sa part 2,55%.

"Ils sont très en retrait sur l'amont", a commenté Bertran Hodee, analyste de Raymond James.

Les bénéfices tirés des activités amont (exploration et production) ont chuté de 30% sur un an au quatrième trimestre à 1,73 milliard de dollars. En revanche, les profits de l'aval (raffinage et distribution) ont pratiquement triplé à 1,55 milliard.

Shell versera au titre du quatrième trimestre un dividende de 0,47 dollar par action, inchangé par rapport aux trois mois précédents. Et, précision inhabituelle, il s'est engagé à payer le même montant au titre du premier trimestre 2015.

Les coupes dans les investissements, qui conduiront à l'annulation ou au report d'un certain nombre de projets, représentent une réduction de 14% par rapport aux 35 milliards d'investissements engagés en 2014.

De Nouvelles Coupes Pas Exclues

L'ensemble du secteur de l'énergie est contraint de s'adapter à l'évolution rapide de l'économie du secteur. Shell avait ainsi assuré en octobre que ses projets d'investissement 2015 restaient inchangés.

"Shell envisage de nouvelles réductions de ses dépenses d'investissement si l'évolution du contexte de marché le justifie mais il vise à préserver son potentiel de croissance à moyen terme", note-t-il dans un communiqué.

Les prix du brut ont chuté de près de 60% depuis juin dernier en raison de la faiblesse de la demande et de l'essor de la production de pétrole de schiste aux Etats-Unis. L'Opep, qui représente un tiers environ de la consommation mondiale, a décidé en novembre de ne pas réduire ses quotas afin de préserver ses parts de marché.

Plusieurs "majors" du secteur, de BP à Total , ont assuré récemment vouloir maintenir leur dividende, un argument clé auprès des investisseurs, même si les cours du brut restent durablement bas.

La plupart ont en revanche annoncé des coupes d'environ 10% à 15% dans leurs investissements et certaines ont cédé des actifs pour un montant de plusieurs dizaines de milliards de dollars.

Ces décisions ont un impact marqué sur les fournisseurs d'équipements et de services au secteur. Le français Vallourec a ainsi annoncé jeudi des dépréciations d'actifs d'au moins un milliard d'euros.

Les compagnies ont toutefois averti qu'une réduction excessive des investissements risquerait de compromettre leur croissance à long terme, ce qui détruirait de la valeur et pourrait conduire à une pénurie de brut. (Marc Angrand pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below