Petrobras laisse les investisseurs dans le flou sur ses déboires

mercredi 28 janvier 2015 19h11
 

RIO DE JANEIRO, 28 janvier (Reuters) - La compagnie pétrolière brésilienne Petrobras a laissé mercredi les investisseurs dans le flou quant à l'impact financier de son scandale de corruption en publiant avec retard des résultats trimestriels non certifiés, qui ne fournissent pas d'éclairage sur d'éventuelles dépréciations à venir.

Cette absence de transparence a été sanctionnée à la Bourse de Sao Paulo, où le titre chutait de près de 10% à 18h00 GMT.

Petroleo Brasileiro, de son nom complet, a annoncé un bénéfice net en recul de 9,1% sur un an au troisième trimestre, à 3,09 milliards de reals (1,05 milliard d'euros). Mais il manque à ses résultats ce que les investisseurs attendaient le plus, depuis que leur publication a été reportée en novembre: une estimation même grossière de la surévaluation des actifs du groupe public, déjà la plus endettée et la moins rentable des grandes compagnies pétrolières mondiales.

La directrice générale Maria das Graças Foster a justifié l'absence de chiffre précis sur l'impact du scandale en déclarant qu'il était impossible de distinguer les dépréciations liées à la corruption de celles dues à d'autres facteurs, comme une modification de l'environnement économique.

Le communiqué fournit tout de même quelques indications sur d'éventuelles dépréciations à venir. Il mentionne que Petrobras a mis au jour des surévaluations d'actifs pour 88,9 milliards de reals et des sous-évaluations pour 27,2 milliards. Cela entraînerait un montant net de dépréciations de 61,4 milliards de reals.

D'après les enquêteurs, des dirigeants de Petrobras se sont entendus avec des sous-traitants pour surfacturer des contrats. L'argent dégagé était ensuite redistribué aux dirigeants et à des responsables et des formations politiques.

Le scandale ébranle le pouvoir en place au Brésil puisque ces détournements de fonds se seraient notamment produits durant les sept années, jusqu'en 2010, où l'actuelle chef de l'Etat, Dilma Rousseff, a été présidente du conseil d'administration de Petrobras. (Jeb Blount et Marta Nogueira; Bertrand Boucey pour le service français, édité par Véronique Tison)