LEAD 3-Tsipras promet des changements radicaux, la Bourse chute

mercredi 28 janvier 2015 17h58
 

(Actualisé tout du long)

par Lefteris Papadimas et Renee Maltezou

ATHENES, 28 janvier (Reuters) - Alexis Tsipras a défié mercredi les créanciers internationaux de la Grèce en annonçant un gel du programme de privatisations accepté par son prédécesseur conservateur comme contrepartie du plan de renflouement, déclenchant une troisième journée de lourdes pertes à la Bourse d'Athènes.

Les premières mesures annoncées par le nouveau Premier ministre et chef de file de la gauche radicale trois jours après sa victoire éclatante aux législatives ont fait plonger la Bourse d'Athènes (-9,2%) et les actions des banques grecques (-22%).

Lors du premier conseil des ministres de son gouvernement dévoilé la veille, Alexis Tsipras a déclaré à ses ministres qu'ils ne pouvaient pas se permettre de décevoir les électeurs qui ont voté dimanche à 36,3% pour Syriza.

Après avoir annoncé mardi l'arrêt du projet de privatisation du port du Pirée, pour lequel le géant chinois Cosco et quatre autres groupes avaient été présélectionnés, le gouvernement a annoncé qu'il bloquait la vente d'une part de la principale compagnie d'électricité PPC, détenue à 51% par l'Etat.

Le nouveau gouvernement, formé de Syriza et du parti de la droite souverainiste des Grecs indépendants (Anel), prévoit également de réintégrer les fonctionnaires licenciés abusivement et d'augmenter les pensions des retraités à bas revenus.

Sur le plan de la politique extérieure, le ministre de l'Energie Panagiotis Lafazanis a déclaré qu'Athènes était contre des sanctions imposées à la Russie, à la veille d'un conseil européen extraordinaire des Affaires étrangères sur la crise ukrainienne.

Alexis Tsipras a rencontré lundi à Athènes l'ambassadeur de Russie et mardi l'ambassadeur de Chine. Il devrait rencontrer François Hollande avant le 12 février, date du prochain sommet européen.   Suite...