Le Sénat italien approuve le projet de réforme électorale

mardi 27 janvier 2015 17h58
 

ROME, 27 janvier (Reuters) - Le Sénat italien a approuvé mardi, par 184 voix contre 66 et deux abstentions, le projet de réforme électorale du gouvernement de Matteo Renzi qui vise à favoriser la formation de majorités et de gouvernements stables, l'un des points faibles du système politique italien actuel.

Le texte va maintenant être envoyé à la Chambre des députés pour une lecture définitive et l'adoption définitive de la réforme est attendue d'ici avril.

Le président du Conseil Matteo Renzi et Silvio Berlusconi, pilier de l'opposition de droite, ont conclu l'an dernier un accord pour promouvoir les réformes susceptibles d'assurer la stabilité politique du pays.

A droite comme à gauche, toutefois, cet accord a été contesté et des voix se sont élevées contre la réforme tant au sein du Parti démocrate de Renzi que de Forza Italia, la formation de Berlusconi.

Les sénateurs de ces deux partis qui ont critiqué l'accord n'ont pas participé au vote mardi.

Le projet de réforme prévoit d'accorder une prime de majorité (340 sièges sur 630) au parti arrivé en tête aux élections législatives dans chaque circonscription, à condition qu'il réunisse plus de 40% des voix au niveau national. Si aucun parti n'obtient 40% au premier tour, un second tour opposera les deux partis arrivés en tête.

Le seuil de représentation d'un parti au Parlement sera fixé à 3% au niveau national.

Les nouvelles règles s'appliqueront à compter du 1er juillet 2016.

Le système actuel est accusé d'aboutir très régulièrement à la formation de coalitions instables et d'accorder à des petits partis une influence sans commune mesure avec leur poids réel dans les urnes.

Ce système a abouti en 2013 au blocage des institutions, le succès du Mouvement 5 Etoiles (M5S) empêchant toute coalition majoritaire. (Roberto Landucci; Marc Angrand et Guy Kerivel pour le service français)