LEAD 1-La tension monte entre Sika et le duo Burkard-Saint-Gobain

lundi 26 janvier 2015 13h18
 

* Le CA de Sika veut limiter les droits de vote de l'actionnaire de contrôle

* Saint-Gobain condamne cette démarche, la juge illégale

* L'action Saint-Gobain perd 1,5%, le titre Sika gagne 1,6% (Actualisé avec réaction Saint-Gobain, commentaire et cours)

ZURICH/PARIS, 26 janvier (Reuters) - Le conseil d'administration de Sika s'est prononcé lundi pour une limitation des droits de vote de son actionnaire de contrôle dans le cadre de sa bataille contre le rachat du chimiste suisse par Saint-Gobain, qui a qualifié la démarche d'illégale.

Il s'agit de la dernière péripétie en date dans le bras de fer engagé entre la famille Burkard-Schenker, qui détient 16,1% du capital et 52,4% des droits de vote de Sika, et la direction du groupe chimique, appuyée par plusieurs membres du conseil d'administration non liés à la famille, autour du projet d'acquisition annoncé début décembre par le groupe français de matériaux de construction.

"Selon le conseil d'administration, les droits de vote détenus par la famille Burkard/SWH (Schenker-Winkler Holding) devraient être ramenés à la limite statutaire de 5%", a déclaré la société dans un communiqué, arguant que les importants droits de vote dont bénéficie la famille lui ont été accordés pour protéger Sika contre d'éventuelles OPA.

Le conseil d'administration de Sika, qui revendique le soutien d'actionnaires représentant plus de 35% du capital, a également étudié, et rejeté, la demande de la famille de convoquer une assemblée générale extraordinaire.

"Saint-Gobain a pris note des décisions du conseil d'administration de Sika", a réagi le groupe français dans un bref communiqué. "Les conseils juridiques de Saint-Gobain considèrent que ces agissements vont totalement à l'encontre de tous les principes du droit des affaires et de la gouvernance suisses."

La famille Burkard-Schenker, qui a conclu le mois dernier pour 2,75 milliards de francs suisses la vente du contrôle de Sika à Saint-Gobain, a jugé elle aussi la démarche du conseil de Sika d'illégale.   Suite...