France-Plus d'un tiers des CDI ne dépassent pas un an

vendredi 23 janvier 2015 16h13
 

PARIS, 23 janvier (Reuters) - Plus d'un tiers des contrats à durée indéterminée (CDI) sont rompus dès la première année, la proportion dépassant même 50% pour les emplois non qualifiés, selon une étude publiée vendredi par la direction des études du ministère du Travail (Dares).

Même si la part des contrats à durée déterminée (CDD) dans les nouvelles embauches est à des niveaux records en France, ayant atteint 84,2% au deuxième trimestre 2014, le CDI reste la forme normale et largement dominante de la relation de travail, concernant 86,6% des salariés du secteur privé.

Selon la Dares, 91,3% des salariés en CDI en 2012 avaient plus d'un an d'ancienneté. Mais 36,1% des CDI conclus en 2011 ont été rompus avant leur premier anniversaire, une proportion en hausse de 2,5 points par rapport à une précédente enquête menée en 2007.

La démission du salarié est le premier motif de rupture de la première année, concernant 16,1% des embauches en CDI, devant la fin de la période d'essai (12,7%). Et le risque de rupture d'un nouveau CDI est particulièrement élevé au cours des trois premiers mois (19,6%).

Par secteurs, la probabilité de rupture d'un CDI dès la première année est maximale (58,6%) dans l'hébergement et la restauration. Elle est aussi élevée dans les "autres activités spécialisées, scientifiques et techniques" (50%) et les "activités de services administratifs et de soutien" (41%).

La Dares souligne que le taux d'entrée en CDI, qui rapporte le nombre d'embauches annuel en CDI à l'emploi salarié annuel moyen, est aussi nettement supérieur à la moyenne dans ces trois secteurs, à respectivement 27,9%, 20,4% et 17,1%, contre 11,1% pour l'ensemble de l'économie.

Enfin, les contrats de plus de la moitié (51,9%) des employés peu qualifiés en CDI sont rompus dans la première année, le plus souvent sur démission de leur titulaire. Par comparaison, la proportion n'est que de 38,6% chez les ouvriers peu qualifiés.

Pour l'enquête de la Dares : here (Yann Le Guernigou, édité par Jean-Baptiste Vey)