LEAD 1-EDF étudie les options pour sa filiale RTE-presse

vendredi 23 janvier 2015 15h02
 

(Actualisé avec déclaration de la CDC)

PARIS, 23 janvier (Reuters) - EDF étudie des possibilités d'évolution de sa filiale RTE qui pourraient inclure la vente d'une participation dans l'opérateur du réseau de transport d'électricité français ou une scission partielle, rapporte vendredi l'agence Bloomberg.

Selon Bloomberg, qui cite des sources au fait du dossier, EDF a pris conseil sur la structure et l'agenda d'une éventuelle opération mais n'a pas encore pris de décision.

Une alliance avec un industriel européen ferait aussi partie des options envisagées pour RTE, dont la valorisation atteindrait jusqu'à 15 milliards d'euros selon l'agence de presse.

Une porte-parole d'EDF n'a pas souhaité commenter ces informations.

"Pour l'instant, c'est un dossier qui n'a pas été ouvert. Nous n'avons pas été saisis du sujet", a déclaré vendredi à Reuters Pierre-René Lemas, le directeur général de la Caisse des dépôts, en marge d'une cérémonie de voeux à la presse.

EDF étant détenu à 84,5% par l'Etat, une ouverture du capital de RTE ne pourrait avoir lieu sans l'aval de l'exécutif.

La loi impose en outre que la totalité du capital de RTE soit détenue par EDF, de l'Etat ou d'autres entreprises ou organismes appartenant au secteur public.

Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron avait indiqué en octobre que le gouvernement souhaitait ouvrir le capital d'entreprises publiques de réseaux pour leur permettre de financer des projets et des investissements.

Bien qu'elle soit une filiale à 100% d'EDF, RTE est autonome en matière de gouvernance, d'investissements et de stratégie, conformément à la réglementation européenne.

L'ouverture du capital de la société, qui exploite le premier réseau de transport d'électricité d'Europe avec environ 105.000 kilomètres de lignes, est un serpent de mer depuis plusieurs années. (Benjamin Mallet, Matthieu Protard et Geert De Clercq, édité par Dominique Rodriguez)