La Bourse de Paris-Les valeurs du jour vendredi (clôture)

vendredi 23 janvier 2015 19h17
 

* Valeurs qui se traitent ex-dividende 
    * Le point sur les marchés européens 

    PARIS, 23 janvier (Reuters) - Les valeurs du jour vendredi à
la Bourse de Paris où l'indice CAC 40 a clôturé en forte
hausse (+1,93% à 4.640.69 points), toujours porté par la
décision, jeudi, de la Banque centrale européenne de lancer un
vaste programme de rachats de dettes souveraines.
 
    Le CAC 40 a signé sa plus forte progression (+10,76%) au
cours d'une période de deux semaines depuis décembre 2011. Sur
la semaine, l'indice engrange 5,96%.
       
    * Tous les secteurs ont fini dans le vert en Europe à
l'exception des minières (-1,49%) pénalisées par la
baisse des cours des métaux et alors que la Chine a enregistré
une nouvelle contraction de l'activité manufacturière
.
    * ARCELORMITTAL (-5,1% à 8,304 euros) a d'ailleurs
accusé la plus forte baisse du CAC 40, suivi par CREDIT AGRICOLE
 (-1,57% à 11,25 euros). SOCIETE GENERALE a
lâché 0,7% à 37,81 euros.
    * Les banques, qui détiennent environ un tiers de l'encours
total (environ 6.600 milliards d'euros) de la dette souveraine
des 18 pays membres de la zone euro et sont susceptibles d'être
sollicitées dans le cadre du QE, ont sous-performé le marché. 
    
    * Les valeurs exposées au dollar ont profité de la chute de
l'euro, première victime - voulue? - de la décision de la BCE.
    * SAFRAN (+4,85% à 59,44 euros) a ainsi signé la
plus forte hausse du CAC 40 et a continué de bénéficier d'une
configuration graphique haussière depuis un récent plus bas
mi-décembre puis le franchissement au début du mois de ses
moyennes mobiles 20 et 50 jours. Depuis le 16 décembre Safran
s'est adjugé plus de 25%.
    *    PERNOD RICARD (+4,35% à 106,7 euros) a fini
en deuxième position. 
    * AIRBUS GROUP a engrangé 4,12% à 49,28 euros.
    * Nombre de valeurs cycliques ont profité de ce contexte.
ACCOR a pris 4,25% à 43,695 euros. ALCATEL-LUCENT
 a progressé de 4,18% à 3,119 euros, l'équipementier
télécoms profitant également d'une publication meilleure
qu'attendu du spécialiste américain de la transmission de
données sur fibre optique Infinera. 
    
    * L'immobilier européen (+2,64%) a également
profité de la décision de la BCE d'injecter 60 milliards d'euros
de liquidités par mois, à partir de mars 2015 jusqu'à au moins
septembre 2016. UNIBAIL-RODAMCO a progressé de 3,71% à
250,05 euros. Hors CAC, FONCIERE DES REGIONS (+6,52% à
89,2 euros) a fini en tête des hausses du SBF 120 
devant NEXITY (+5,86% à 35,31 euros).
      
    * EDF (+2,53% à 23,715 euros) étudie des
possibilités d'évolution de sa filiale RTE qui pourraient
inclure la vente d'une participation dans l'opérateur du réseau
de transport d'électricité français ou une scission partielle,
selon l'agence Bloomberg. 
    
    * GEMALTO a encore perdu 1,57% à 62,12 euros au
lendemain d'un recul de 2,71% consécutif à la décision de
Goldman Sachs d'abaisser sa recommandation d'"acheter" à
"neutre" sur la valeur, le broker évoquant notamment un manque
de clarté sur les applications de plates-formes du groupe dans
les systèmes de paiement par téléphones mobiles.
        
    * MAUREL & PROM (-5,41% à 7,028 euros) a accusé la
plus forte baisse du SBF 120, la compagnie pétrolière
décevant les investisseurs au lendemain de la publication d'un
chiffre d'affaires en baisse l'an dernier et après avoir prévenu
ne pas verser de dividende au titre de 2014. 
    
    * STMICROELECTRONICS a gagné 3,78% à 7,273 euros,
Exane BNP Paribas ayant relevé son conseil de "neutre" à
"surperformance" sur le fabricant de semi-conducteurs à la
faveur de la baisse de l'euro. 
    
    * BOIRON (+7,68% à 74,2 euros) signe la deuxième
plus forte hausse du CAC Mid & Small, le laboratoire
anticipant une progression de son résultat opérationnel 2014.
 
    
    * PIERRE & VACANCES CENTER PARCS s'est octroyé
7,36% à 25,83 euros après avoir publié un chiffre d'affaires en
hausse de 16,3% à 306,8 millions d'euros au premier trimestre de
l'exercice 2014-2015, supérieur aux attentes. 

 (Raoul Sachs Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Matthias
Blamont)