Weber (UBS) soutient la BNS et espère que la BCE restera modérée

mercredi 21 janvier 2015 09h52
 

DAVOS (Suisse), 21 janvier (Reuters) - La Banque nationale suisse a eu raison de renoncer au cours plancher du franc et n'avait d'autre option que de surprendre les marchés en l'annonçant, a déclaré mercredi Axel Weber, le président du conseil de surveillance de la banque UBS.

Le plancher de 1,20 franc pour un euro, instauré par la BNS en septembre 2011, en pleine crise de la zone euro, a toujours été considéré comme une mesure temporaire et l'économie suisse devrait pouvoir faire face à son abandon, a-t-il dit lors d'une table ronde au Forum économique mondial de Davos.

Axel Weber, ancien président de la Bundesbank allemande, a dit espérer que la Banque centrale européenne n'aille pas trop loin avec le programme d'achat d'obligations souveraines qu'elle pourrait annoncer jeudi.

"Elle ne devrait pas en faire de trop", a-t-il affirmé, expliquant qu'une politique monétaire trop hardie risquerait d'encourager les dirigeants politiques européens à ne pas entreprendre des réformes structurelles pourtant indispensables selon lui.

Axel Weber a dit ne pas entrevoir de reprise économique en Europe "avant un bon bout de temps" et a estimé qu'il faudra "des années" pour que l'inflation revienne vers l'objectif de 2% de la BCE.

Il est "très difficile de dire" si les pays qui ont adopté l'euro y ont gagné, a-t-il ajouté. (Noah Barkin, Véronique Tison pour le service français)