** LE POINT SUR LES MARCHÉS à la mi-séance en Europe **

lundi 19 janvier 2015 13h23
 

* Les valeurs à suivre à la Bourse de Paris 

    PARIS/LONDRES, 19 janvier (Reuters) - Les principales Bourses européennes
restent orientées en légère hausse lundi à mi-séance, au premier jour d'une
semaine décisive qui devrait voir la Banque centrale européenne (BCE) annoncer
un programme sans précédent de rachats de dettes souveraines, revenant à faire
tourner la planche à billets. 
     La réunion jeudi de la BCE constituera un test clé de sa détermination à
faire "tout ce qu'il faudra" pour préserver l'euro comme l'a affirmé à plusieurs
reprise son président Mario Draghi.         
     Le ministre des Finances du Luxembourg Pierre Gramegna a dit lundi que la
décision de la Banque nationale suisse (BNS) la semaine dernière de renoncer au
cours plancher du franc suisse avait été prise par anticipation de l'adoption
probable par la BCE d'un programme de rachats d'actifs, qui affaiblirait encore
l'euro. 
    Mais face à l'opposition de la Bundesbank à ce plan, certains promoteurs du
QE craignent de voir Mario Draghi accorder trop de concessions à Berlin en
imposant au nouveau programme des limites trop contraignantes en termes de
taille et de champ d'application, en refusant le partage du risque entre les
Etats membres et en excluant les obligations des pays les plus mal notés.
    "Les commentaires de la BCE laissent penser qu'une décision définitive sur
les aspects les plus controversés de ce plan, tels que son ampleur et
l'allocation du risque, n'ont pas encore été pris. Nous pensons qu'il est de
plus en plus probable que la BCE laissera porter au moins une partie du risque
par les banques centrales nationales, plutôt que de le mutualiser." 
    À Paris, l'indice CAC 40 gagne 0,3% à 4.392,57 points vers 12h00
GMT. À Francfort, le Dax prend 0,42% et à Londres, le FTSE 
0,12%. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 avance de 0,38% et
l'EuroStoxx 50 de la zone euro 0,22%.
    Les marchés américains sont fermés (Martin Luther King's Day). 
    Le secteur bancaire (+0,7%) mène les hausses, porté par les banques
coopératives italiennes après des informations de presse selon lesquelles le
gouvernement prépare une réforme qui abolirait la règle donnant une voix à
chaque actionnaire, quelle que soit sa part. Banca Popolare dell'Emila Romagna
 et Popolare Milano gagnent 11%, en tête du Stoxx 600.
  
    A Paris, Altran perd 10,6%, de loin la plus forte baisse du SBF
120, après l'annonce du départ de son PDG qui doit rejoindre le groupe de
restauration collective Elior. 
    Julius Baer figure parmi les plus fortes hausses du Stoxx 600,
avec un gain de 5,65% à la suite de l'annonce par la banque privée suisse
qu'elle n'a pas subi de pertes la semaine dernière après la décision de la
banque centrale suisse d'abandonner le cours plancher du franc.
    Les investisseurs attendent par ailleurs avec appréhension le résultat des
élections législatives anticipées en Grèce, dimanche, pour lesquelles le parti
de la gauche radicale anti-austérité Syrizak est donné vainqueur. 
    Sur le marché obligataire, les investisseurs se sont rués sur la dette
souveraine de la zone euro, ramenant les taux de rendement à de nouveaux plus
bas record en anticipation du vaste plan de rachats d'actifs de la BCE.
    L'euro regagne un peu de terrain face au dollar mais reste près de ses plus
bas de 11 ans, en vue de l'annonce probable d'un QE de la BCE. La devise se
traite à 1,1595 dollar, non loin de son plus bas de 1,14595 touché vendredi.
    Face au franc suisse, elle reprend 0,7%, presque à parité, après avoir chuté
de 17% la semaine dernière à la suite de l'abandon du cours plancher du franc
suisse par la Banque nationale suisse (BNS) qui pris les marchés par surprise.
    "Les marchés continuent à digérer le choc de la BNS et à essayer d'évaluer
les dégâts causés", dit Kosuke Hanao, responsable des changes chez HSBC à Tokyo.
    "Certains fonds spéculatifs, qui ont été gravement touchés par la décision
inattendue de la BNS, ont probablement vendu des actifs tels que le dollar
contre le yen pour prendre des bénéfices et dégager de la trésorerie." 
    Les cours du pétrole sont encore en recul ce matin, avec un baril de Brent
sous les 50 dollars et un brut léger américain près des 48 dollars.

    * Tableau des principaux marchés mondiaux : 

 (Juliette Rouillon pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)