Les Bourses chinoises plombées par des mesures anti-spéculation

lundi 19 janvier 2015 09h22
 

PEKIN/SHANGHAI, 19 janvier (Reuters) - Les actions chinoises ont accusé lundi leur plus forte baisse quotidienne en plus de six ans et demi, plombées par des mesures prises par Pékin vendredi auprès des intermédiaires financiers et des banques et visant à freiner la spéculation.

Le régulateur chinois a sévi contre certaines opérations de trading sur marge jugées responsables d'une flambée spéculative sur les marchés au cours des trois derniers mois.

Les autorités de régulation ont ainsi interdit à trois grands coutiers d'ouvrir de nouveaux comptes d'opérations de trading sur marge pendant trois mois. Ces comptes permettent à leurs détenteurs d'acheter plus de titres qu'ils ne l'auraient pu dans les conditions habituelles en instaurant un importent effet de levier.

Elles ont également annoncé un projet de réglementation visant à renforcer les contrôles sur les "prêts confiés" ("entrusted loans"), un type de financement parallèle ("shadow banking"). Pékin tente de freiner le développement de ce marché parallèle, en plein essor depuis 2010.

La Bourse de Shanghaï et l'indice CSI300 des plus grandes valeurs à Shanghaï et Shenzhen ont tous deux chuté de 7,7%, leur plus forte baisse depuis le 10 juin 2008.

L'indice des valeurs bancaires a dégringolé de 9,97% et l'indice des valeurs financières de 9,62%.

Parmi les valeurs les plus actives à Shanghaï, Bank of China a perdu 10%, tandis qu'Agriculture Bank of China et ICBC ont abandonné toutes deux 9,9%.

"La réglementation sur les prêts confiés et les pénalités contre les opérations sur marge ont eu un double impact sur le sentiment de marché, ce qui a accru la volatilité et poussé les investisseurs à adopter un point de vue négatif sur le marché", dit Du Changchun, analyste chez Northeast Securities à Shanghaï.

"Ces deux mesures réglementaires ont essentiellement pour conséquence de limiter l'afflux de capitaux qui a été le principal moteur du récent rally", ajoute-t-il. (Sue-Lin Wong, Zhong Xiaochong et Kazunori Takada, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)