Le marché des changes résiste au "carnage" du franc suisse

jeudi 15 janvier 2015 21h53
 

par Anirban Nag et Jemima Kelly

LONDRES, 15 janvier (Reuters) - La décision surprise de la Suisse de lâcher sa devise a fait l'effet d'une "météorite" sur le marché des changes jeudi, selon l'expression d'un analyste, mais les systèmes informatiques ont tenu bon.

Durant 25 minutes qui furent les plus turbulentes depuis des années sur le marché, le franc suisse a bondi de plus de 40% face à l'euro avant de réduire son avance de moitié.

Des traders ont parlé d'un "carnage", dont les principales victimes ont été des fonds spéculatifs, et une petite plate-forme de négociation pour particuliers a dû brièvement suspendre ses transactions sur le franc.

La Banque nationale suisse a pris de court les marchés dans la matinée en annonçant l'abandon du plancher de 1,20 franc pour un euro qu'elle avait instauré en septembre 2011, en pleine crise de la zone euro, et que ses dirigeants présentaient il y a quelques jours encore comme un pilier de leur politique monétaire.

"C'est un coup venu de nulle part (...) qui a été très difficile à négocier pour les intervenants des marchés", admet Chris Morrison, responsable de la stratégie du hedge fund Omni Macro qui gère 550 millions de dollars.

Selon des données de la CFTC (Commodity Futures Trading Commission) américaine publiées vendredi dernier, il y avait un solde net de 24.171 positions courtes sur le franc, le montant le plus important depuis juin 2013. On y ajoutant 662 contrats d'options, on arrive à 24.833 contrats, soit 3,5 milliards de dollars, qui pariaient sur une poursuite de la faiblesse du franc suisse à la suite des dernières déclarations de responsables de la banque centrale.

"Tous les investisseurs ont été dans le même sens puis ils se retrouvent le bec dans l'eau", note Chris Morrison.

"Personne ne croyait (la BNS) capable de faire cela", renchérit Kevin Hoffmeister, chez RCO Financial à Chicago. "Communiquera-t-elle mieux la prochaine fois ? Peut-être, mais en attendant elle a pris beaucoup de monde de court."   Suite...