Le bond du franc menace l'économie et les entreprises suisses

jeudi 15 janvier 2015 19h27
 

par Silke Koltrowitz et Alistair Smout

ZURICH/LONDRES, 15 janvier (Reuters) - Chute des exportations, effondrement des recettes du tourisme, désintérêt des investisseurs étrangers: les entreprises suisses craignent des temps difficiles après la décision de la banque centrale helvétique d'abandonner le cours plancher du franc face à l'euro, qui a provoqué un bond de près de 30% de la monnaie nationale.

Pour les analystes, les entreprises du secteur de l'horlogerie, comme Swatch, et de celui du luxe, tel Richemont, propriétaire de Cartier et Montblanc, devraient figurer parmi les principales victimes de cette nouvelle donne car elles réalisent la majeure partie de leurs ventes à l'étranger alors que leur base de coûts reste en Suisse.

D'autres, comme le géant de l'alimentation Nestlé, le groupe de construction mécanique ABB et les laboratoires pharmaceutiques Novartis et Roche , semblent moins exposées car une part importante de leurs activités est délocalisée dans le monde entier, ajoutent-ils.

Mais toutes seront touchées à des degrés divers par ce qu'un responsable de Kepler Cheuvreux décrit comme "une journée terrible pour l'entreprise suisse".

"On peut s'attendre à une vague d'avertissements sur résultats de la part des sociétés suisses", dit de son côté Pascal Bernachon, de KBL Richelieu à Paris.

La Banque nationale suisse (BNS) a annoncé à la surprise générale qu'elle ne défendrait plus le cours plancher de 1,20 franc pour un euro en vigueur depuis septembre 2011.

Sa décision a provoqué une envolée du franc et une chute du marché actions helvétiques, qui a amputé la capitalisation globale de celui-ci d'environ 85 milliards d'euros. L'indice phare SMI a fini la journée en baisse de près de 8,67%.

Roche a perdu 8,62%, le cimentier Holcim 11%, Swatch 16,35% et Richemont 15,5%.   Suite...