TAUX-Les rendements obligataires toujours plus bas

mercredi 14 janvier 2015 16h55
 

PARIS, 14 janvier (Reuters) - Les rendements des emprunts d'Etat allemands et français sont tombés mercredi à de nouveaux plus bas record sur fond de craintes pour la croissance mondiale, de baisse continue de l'inflation et d'attente de l'annonce d'un programme de rachats d'actifs (QE) par la BCE la semaine prochaine.

Le rendement de l'emprunt d'Etat allemand (Bund) à 10 ans a touché un plus bas record à 0,424% et celui de l'OAT française de même maturité à 0,658%. Vers 16h30, ils s'affichent respectivement à 0,434% et à 0,666%.

Le rendement du T-Note américain se situe dans le même temps à 1,826%, après un plus bas à 1,784% mais sans retrouver son plus bas record de début août 2012.

"Au moins jusqu'à ce que la Banque centrale européenne dévoile les modalités du QE, les taux resteront bas et il ne faut pas aller contre le vent", dit Vincent Chaigneau, responsable de la stratégie taux à la Société générale.

L'avis de l'avocat général de la Cour européenne de justice qui a validé sous condition le principe des rachats de dette souveraine par la Banque centrale européenne va dans le sens de la détente des taux et de la hausse des cours des obligations, estime le stratégiste.

Il ajoute que cette nouvelle est venue s'ajouter à une série de mauvaises nouvelles, dont la baisse plus forte qu'attendu des ventes au détail aux Etats-Unis en décembre et la révision en baisse des prévisions de croissance de la Banque mondiale.

La baisse attendue des indices des prix américains à la production et à la consommation, qui seront publiés jeudi et vendredi, et des anticipations d'inflation toujours très basses, accentuées par la chute des matières premières et du pétrole nourrissent la détente des taux.

"Le type de QE que va annoncer la BCE sera décisif pour le marché", dit Vincent Chaigneau. "C'est soit un 'dirty' QE qui nationalise les risques, soit un QE qui les mutualise."

De leur côté, les stratégistes taux de BNP Paribas estiment que la baisse de l'inflation en zone euro (-0,2% en rythme annualisé en décembre) va encourager des stratégies de pentification de la courbe des taux dans la mesure où elle renforce la perspective d'un QE.

"Nous voyons donc dans les jours qui viennent une opportunité d'être vendeur du marché", écrivent-ils dans une note.

La baisse des taux allemands et français a été accompagnée vendredi d'un forte baisse des taux à 10 ans italien (-5 points de base à 1,737%) et espagnol (-8 pdb à 1,56%). (Raoul Sachs, édité par Dominique Rodriguez)