LEAD 1-EDF voit peu d'exportations nucléaires sauf vers la Chine

mercredi 14 janvier 2015 13h56
 

* Fukushima a ralenti le marché, souligne le PDG d'EDF

* Lévy se dit mobilisé en vue d'une visite de Valls en Chine

* EDF confirme son programme d'investissement en France

PARIS, 14 janvier (Reuters) - Les opportunités d'exportation pour l'industrie nucléaire française sont "peu nombreuses aujourd'hui en dehors de la Chine", a déclaré mercredi le nouveau PDG d'EDF Jean-Bernard Lévy.

Le dirigeant a également souligné lors d'une audition au Sénat que ces opportunités étaient peut-être plus nombreuses il y a quelques années, avant l'accident nucléaire de Fukushima, au Japon, survenu en 2011.

"Depuis Fukushima, soyons lucides, il y a un ralentissement des projets nucléaires dans certains pays, sans même parler de ceux qui abandonnent le nucléaire (...), et nous avons donc un petit peu de temps pour aborder entre Areva et EDF la meilleure façon de s'organiser (à l'export)", a déclaré Jean-Bernard Lévy, qui a remplacé Henri Proglio à la tête d'EDF fin 2014.

"Il y a un peu plus d'urgence en Chine, je ne le cacherai pas, car le programme chinois lui continue à se dérouler", a-t-il ajouté, évoquant plus d'une vingtaine de réacteurs en construction dans le pays en incluant les deux EPR de Taishan.

Le PDG s'est ainsi dit pleinement mobilisé, aux côtés du nouveau président d'Areva Philippe Varin, en vue d'une visite en Chine du Premier ministre Manuel Valls, prévue fin janvier.

Jean-Bernard Lévy a également déclaré qu'EDF était confiant dans sa capacité à prolonger la durée de vie des centrales nucléaires françaises de 40 à 50 ans, voire 60 ans, et a confirmé que le programme d'investissement dans le parc français devrait atteindre 55 milliards d'euros d'ici à 2025.   Suite...