France-Le Drian évoque un renforcement du rôle des réservistes

mardi 13 janvier 2015 09h38
 

PARIS, 13 janvier (Reuters) - Le déploiement de plus de 10.000 hommes de troupe pour protéger les lieux sensibles en France est compatible avec la loi de programmation militaire mais un renforcement du rôle des réservistes doit être envisagé, a dit mardi Jean-Yves Le Drian.

Le ministre de la Défense a indiqué en outre sur Europe 1 que la question des suppressions de postes dans l'armée - 7.500 sont prévues cette année - serait débattue dans le cadre de l'actualisation de la loi de programmation prévue cette année.

"Aujourd'hui, c'est une singularité nouvelle et grave. Il n'y a pas de rupture entre la menace extérieure et la menace intérieure", a-t-il dit.

"La menace est très élevée, c'est pour cette raison que le président de la République a décidé de mettre en oeuvre ce qu'on appelle le contrat opérationnel de protection du territoire (...) qui aboutit au déploiement de plus de 10.000 militaires pour protéger les lieux sensibles de France", a-t-il ajouté.

Cette mobilisation à l'intérieur "est prévue dans le dispositif de nos armées."

Interrogé sur le retour du service militaire réclamé par certains responsables politiques, le ministre de la Défense a répondu : "Je ne suis pas sûr que ça corresponde à la menace d'aujourd'hui."

"Nous avons fait le choix d'une armée professionnelle et on voit bien que face au risque que nous rencontrons, qu'il faut une armée professionnelle", a-t-il expliqué en prônant en revanche le renforcement du service civique.

Pour Jean-Yves Le Drian, "il est aussi souhaitable de s'interroger sur la place des réserves (...) pour des missions complémentaires de celles de nos forces professionnelles".

"Je crois qu'un des sujets qui doit être posé demain, c'est le rôle des réserves pour l'avenir, en particulier pour la protection du territoire". "C'est une des leçons que nous devons tirer de la nouvelle situation".

A la question de savoir si un moratoire sur les suppressions de postes dans l'armée était envisageable, il a répondu que ses missions actuelles, que ce soit à l'extérieur ou sur le territoire national, "sont tout à fait inscrites dans la loi de programmation militaire".

"Il est prévu en 2015 que le parlement soit saisi d'une actualisation (de la loi) (...) Cette question sera abordée au moment où il le faudra, quand le parlement sera saisi, c'est-à-dire dans quelques semaines", a-t-il encore dit. (Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse)