Wall Street ouvre en recul avant la saison des résultats

lundi 12 janvier 2015 15h56
 

* Pour les valeurs à suivre, cliquez sur

NEW YORK, 12 janvier (Reuters) - La Bourse de New York reste orientée à la baisse lundi à l'ouverture avant le coup d'envoi de la saison des résultats d'entreprises aux Etats-Unis qui débute alors que les principaux indices à Wall Street sont en recul depuis le début de l'année.

L'indice Dow Jones perd 71,51 points, soit 0,4%, à 17.667,86 points à 14h40 GMT. Le Standard & Poor's 500, plus large, recule de 0,57% à 2.033,22 points et le Nasdaq Composite cède 0,4% à 4.685,441 points.

Le producteur d'aluminium Alcoa sera la première composante de l'indice S&P-500 à publier ses résultats trimestriels, après la clôture. Suivront dans la semaine les groupes bancaires JP Morgan Chase, Wells Fargo, Goldman Sachs et Citigroup. Au Dow Jones, Intel publiera ses résultats jeudi.

Les bénéfices des entreprises cotées devraient progresser de 4% sur un an au quatrième trimestre, selon les estimations collectées par Thomson Reuters.

Pourtant, depuis son record atteint le 29 décembre, l'indice S&P a perdu 2,2% en raison des inquiétudes liées à l'état de l'économie mondiale, de la crainte d'une nouvelle crise dans la zone euro à l'approche des élections législatives en Grèce et de la chute continue des cours du pétrole.

Les valeurs énergétiques souffrent ainsi à nouveau lundi de la nouvelle baisse des cours du pétrole, le Brent de la mer du Nord et le brut léger américain cédant quasiment 4%, tous deux désormais nettement sous les 50 dollars le baril.

A l'opposé, le secteur pharmaceutique soutient la cote avec des opérations de fusions et acquisitions.

Le titre Foundation Medicine s'envole de plus de 110% à quasiment 51 dollars après l'annonce d'une prise de participation majoritaire du laboratoire suisse Roche dans son capital pour 1,18 milliard de dollars.

L'action NPS Pharmaceuticals gagne plus de 8% à 45,43 dollars au lendemain de l'annonce du rachat de cette société biotechnologique spécialisée dans les traitements des maladies rares par le britannique Shire pour 5,2 milliards de dollars. (Chuck Mikolajczak, Bertrand Boucey pour le service français, édité par Juliette Rouillon)