Le Premier ministre indien promet la visibilité aux investisseurs

dimanche 11 janvier 2015 10h48
 

GANDHINAGAR, Inde, 11 janvier (Reuters) - Le Premier ministre indien Narendra Modi a promis dimanche de mener une politique qui soit prévisible et d'assurer une stabilité de la fiscalité dans un discours visant à rassurer les investisseurs étrangers.

"Nous essayons d'achever rapidement les réformes économiques. Nous souhaitons aussi que nos politiques soient prévisibles. Il est clair que notre régime fiscal doit être stable", a déclaré Narendra Modi lors de l'événement intitulé "Vibrant Gujarat" qu'il a fondé quand il était à la tête de cet Etat de l'Inde en forte croissance.

Dans une affaire qui a fait du bruit, l'opérateur téléphonique britannique Vodafone a été surpris de se voir réclamer des impôts rétroactivement par les services fiscaux indiens.

"Mon gouvernement est déterminé à créer un environnement politique qui soit prévisible, transparent et juste", a déclaré le Premier ministre, qui est âgé de 64 ans.

Le gouvernement de Narendra Modi a promis de traiter les investisseurs étrangers de façon équitable, mais il n'a pas pour autant modifié la législation pour que des situations comme celle de Vodafone ne se reproduisent plus lieu à l'avenir.

Le Premier ministre a présenté une liste de ce qu'il avait mis en oeuvre depuis la victoire de son parti Bharatiya Janata Party (BJP, nationalistes hindous) aux élections législatives de mai dernier et a notamment évoqué les projets de développement des réseaux numériques et des transports ferroviaires.

Il a réfuté les affirmations de ceux qui estiment que sa promesse de réduction des formalités administratives n'avait pas été suivie d'effet.

Narendra Modi a exprimé sa préoccupation quant aux perspectives économiques mondiales tout en indiquant que l'Inde, à la différence des autres grandes puissances économiques, afficherait une croissance 2015 supérieure à celle de 2014.

"Nous prévoyons de faire un saut quantitatif", a-t-il déclaré. (Aman Shah et Rupam Jain Nair; Danielle Rouquié pour le service français, édité par)