** LE POINT SUR LES MARCHÉS à la clôture en Europe **

jeudi 8 janvier 2015 18h18
 

PARIS/LONDRES, 8 janvier (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en
forte hausse jeudi, prolongeant leur rebond de la veille et effaçant la
quasi-totalité de leurs pertes de début de semaine, dopées par un compte-rendu
rassurant de la dernière réunion de la Fed.
    Les "minutes" du comité de politique monétaire de la Réserve fédérale
américaine (FOMC) ont montré que la banque centrale est confiante sur l'état de
l'économie américaine, malgré le ralentissement en Chine et en Europe, mais 
qu'elle prendra son temps avant de commencer à relever ses taux. 
    À Paris, le CAC 40 a franchi la barre des 4.200 pour terminer en
hausse de 3,59% à 4.260,19 points. Le Footsie britannique a pris 2,34%
et le Dax allemand 3,36%, tandis que l'indice EuroStoxx 50 
a fait un bond en avant de 3,58% et le FTSEurofirst 300 de 2,91%.
    Au moment de la clôture en Europe, les grands indices américains
progressaient d'environ 1,5% et prolongeaient eux aussi le redressement entamé
la veille après cinq séances de baisse d'affilée. 
    Un bon indicateur sur le marché de l'emploi aux Etats-Unis - avec une baisse
des inscriptions hebdomadaires au chômage, au lendemain de l'annonce par le
cabinet spécialisé ADP de créations d'emplois supérieures aux attentes dans le
secteur privé - a également soutenu la cote.  
    Les investisseurs attendent les chiffres officiels de l'emploi vendredi. 
    La possibilité de voir la Banque centrale européenne (BCE) lancer un
programme d'assouplissement quantitatif dès sa réunion du 22 janvier, à
l'origine du premier rebond des Bourses mercredi, continue également de doper le
marché, reléguant au second plan les inquiétudes liées à la Grèce, sauf pour la
Bourse d'Athènes qui a reculé de 2,06% contre la tendance générale.
    Cette même perspective pèse toujours sur l'euro qui oscille autour de 1,18
dollar, à ses plus bas niveaux depuis décembre 2005 et tout près de la première
cotation de son histoire face au billet vert, à 1,1747, le 4 janvier 1999. 
    Sur le plan sectoriel, tous les indices sont dans le vert, ainsi que toutes
les valeurs du CAC 40 et de l'EuroStoxx 50, celui de la distribution en
tête en hausse, de 4%, grâce à l'envolée de Tesco (+14,97%).
    Le numéro un britannique de la grande distribution a annoncé son intention
de réduire ses coûts de plusieurs centaines de millions de livres et de vendre
des actifs, pour financer une politique de baisse de prix et tenter de se
relever de la plus grave crise de son histoire. 
    En revanche, un autre distributeur britannique, Marks & Spencer,
perd 3,52% après avoir annoncé un repli plus marqué que prévu de ses ventes
trimestrielles.  
    Les banques espagnoles ont souffert de l'annonce par Santander,
dont la cotation a été suspendue, de son intention d'augmenter son capital de
7,5 milliards d'euros et de réduire son dividende. 
    La banque italienne en difficulté Banca Monte dei Paschi di Siena 
a gagné 12,39%, portée par des spéculations sur un possible rachat après
l'annonce par l'espagnole Santander de son appel au marché. 
    Sur le marché obligataire, les rendements de la dette souveraine espagnole
 ont baissé, alors que la première adjudication de cinq milliards
d'euros de titres de dette à long terme a attiré une demande soutenue en
perspective de nouvelles mesures non conventionnelles de la BCE.
    Le baril de Brent se traite à 50,85 dollar, en baisse de 27 cents, à l'issue
d'une séance volatile, prise entre l'impact positif d'une baisse inattendue des
stocks de brut aux Etats-Unis et un marché mondial qui reste en suroffre.   
    
    * Tableau des principaux marchés mondiaux : 

 (Juliette Rouillon pour le service français, édité par Bertrand Boucey)