Europe-Décélération de la croissance dans le privé

mardi 6 janvier 2015 10h48
 

(Actualisé avec données britanniques)
    PARIS/LONDRES/BERLIN, 6 janvier (Reuters) - Principaux
résultats, publiés mardi, des enquêtes Markit auprès des
directeurs d'achat du secteur des services en Europe : 
    
    * ZONE EURO-L'ACTIVITÉ DU SECTEUR PRIVÉ À UN CREUX D'UN AN
    LONDRES - L'activité du secteur privé dans la zone euro a
progressé en décembre mais moins fortement que ce qui avait été
initialement estimé, selon la version définitive de l'indice
Markit composite des directeurs d'achat, lequel indique une
croissance faible au quatrième trimestre 2014.
    L'indice composite PMI/Markit est ressorti à 51,4 en version
définitive alors qu'il avait été de 51,7 en première estimation.
    Il est toutefois pour un 18e mois consécutif au-dessus du
seuil de 50 séparant contraction et croissance de l'activité et
il est meilleur qu'en novembre, lorsqu'il avait atteint un plus
de bas de 16 mois, à 51,1.
    Le sous-indice des prix indique pourtant que les entreprises
réduisent leurs tarifs depuis près de trois ans pour tenter de
développer leur activité. Il est ressorti à 48,1 en décembre
après 47,6 en novembre.
    Cela n'a guère eu d'effet sur l'indice PMI définitif des
services, secteur dominant dans la zone euro, lui aussi
inférieur à sa première estimation, à 51,6 contre 51,9. Il était
de 51,1 en novembre.
    Selon Chris Williamson, économiste en chef chez Markit, les
données de décembre laissent entrevoir une hausse de 0,1% du
produit intérieur brut (PIB) sur les trois derniers mois de
l'année.
    
    * ALLEMAGNE-ACCÉLÉRATION DE LA CROISSANCE DU SECTEUR PRIVÉ 
    BERLIN - Le secteur privé allemand a enregistré en décembre
son 20e mois consécutif de croissance, et ce à un rythme
légèrement plus soutenu qu'en novembre, mais ce résultat est
quelque peu assombri par des perspectives à court terme peu
réjouissantes pour les sociétés de services.
    L'indice PMI composite, qui rassemble le secteur
manufacturier et celui des services, est remonté à 52,0 le mois
dernier, contre 51,7 en novembre et 53,9 en octobre. Il est
supérieur à la première estimation, publiée mi-décembre, qui le
donnait à 51,4.
    Celui des services s'est établi à 52,1. C'est mieux que ce
qui avait été donnée en première estimation (51,4) mais c'est
inchangé par rapport au niveau du mois de novembre, qui avait
représenté un creux de 16 mois.
    La composante nouvelles affaires du secteur des services est
passé pour la première fois en 18 mois sous la barre des 50
séparant croissance et contraction d'une activité.
    Selon Oliver Kolodseike, analyste chez Markit, l'économie
allemande a vraisemblablement enregistré une modeste croissance
au quatrième trimestre après avoir évité de peu une récession au
troisième.
    Il y a près de trois mois, le gouvernement allemand a revu à
la baisse ses prévisions de croissance pour cette année et l'an
prochain, à 1,2% et 1,3% respectivement, contre 1,8% et 2,0%
auparavant, arguant de l'impact des conflits en Ukraine et au
Moyen-Orient et du ralentissement des marchés à l'exportation.
 
    
    * FRANCE-LES SERVICES RENOUENT AVEC LA CROISSANCE 
    PARIS - L'activité dans le secteur privé français s'est
contractée en décembre à son rythme le plus faible depuis huit
mois, les services renouant avec la croissance pour la première
fois depuis l'été, selon les résultats définitifs de l'enquête
PMI publiés par Markit.
    L'indice composite, qui combine des éléments de l'indice de
l'industrie manufacturière publié vendredi à 47,5
( ) et de celui des services, est ressorti à 49,7
contre 47,9 en novembre, soit son plus haut niveau depuis avril.
    Il est supérieur au niveau publié en première estimation
"flash" (49,1) mais reste sous la barre de 50.
    L'indice du secteur des services est lui ressorti à 50,6
contre 47,9 en novembre et 49,8 en première estimation, ce qui
constitue son premier retour au-dessus de la barre des 50 depuis
août et son plus haut niveau depuis mars.
    Malgré ce rebond, "la conjoncture demeure fragile dans le
secteur (NDLR: des services), la faiblesse de l'environnement
économique continuant de peser sur les performances des
entreprises", déclare Jack Kennedy, économiste chez Markit.
    
    * GB - LE SECTEUR DES SERVICES À UN CREUX DE 19 MOIS
    LONDRES - Le secteur des services britannique a subi une
brutale décélération de son activité en décembre, une évolution
qui suggère une nouvelle fois le ralentissement de la croissance
à l'oeuvre dans le pays.
    L'indice Markit/CIPS est ainsi ressorti à 55,8, un plus bas
depuis mai 2013, contre 58,6 en novembre et un niveau de 58,5
attendu en moyenne par les économistes interrogés par Reuters.
    Vendredi, une autre enquête Markit avait montré que le
secteur manufacturier avait, contre toute attente, vu sa
croissance ralentir en décembre.
    Selon Markit, si on compile toutes les enquêtes PMI,
celles-ci pointent vers une croissance de 0,5% au quatrième
trimestre, contre une précédente estimation de 0,6% et +0,7% au
troisième.
    "La perte d'élan constatée vers la fin de l'année ne
manquera pas de nourrir les inquiétudes de ceux qui pensent que
la reprise est trop fragile pour supporter une hausse des taux
d'intérêt", a déclaré Chris Williamson.
    L'indice composite rassemblant les services, l'industrie et
la construction est tombé à 55,4, également un creux depuis mai
2013 après 57,8 en novembre et 56,4 en octobre.
    
    * ITALIE - CONTRACTION INATTENDUE DU SECTEUR DES SERVICES
    ROME - L'activité du secteur italien des services s'est,
contre toute attente, contractée en décembre après deux mois
consécutifs de hausse, un recul qui suggère que les
consommateurs continuent de se serrer la ceinture alors que le
pays connaît sa troisième récession en six ans.
    L'indice PMI Markit/Adaci du secteur est tombé à 49,4 contre
à 51,8 en novembre, 50,8 en octobre et 48,8 en septembre. Les
cinq analystes interrogés par Reuters avaient anticipé un indice
médian de 52,0.
    La composante nouvelles affaires, passée de 49,6 en novembre
à 49,3 en décembre, a tiré vers le bas l'indice PMI.
    La contraction inattendue du secteur des services est une
nouvelle mauvaise nouvelle pour la troisième économie de la zone
euro, où le taux de chômage est désormais supérieur à 13%.
    Vendredi, des données Markit avaient montré que le secteur
manufacturier avait subi le mois dernier sa contraction la plus
marquée en 19 mois.
    L'indice PMI composite, qui rassemble services et secteur
manufacturier, est de ce fait repassé sous la barre des 50 en
décembre, à 49,4 contre 51,2 en novembre et 50,4 en octobre. 
    
    * ESPAGNE - QUATORZIÈME MOIS DE CROISSANCE DES SERVICES
    MADRID - Le secteur des services espagnol a signé en
décembre son quatorzième mois consécutif de croissance, et ce à
son rythme le plus marqué depuis octobre, signe que la reprise
reprend peut-être de l'élan.
    L'indice PMI Markit sectoriel s'est ainsi établi à 54,3 le
mois dernier contre 52,7 en novembre et 55,9 en octobre.
    "Les données de décembre laissent entrevoir une croissance
accélérée du secteur des services espagnol à la fin de 2014
(...)", a noté Andrew Harker, économiste chez Markit.
    Il ajoute que le résultats des enquêtes PMI suggérent
néanmoins un léger tassement de la croissance sur le dernier
trimestre de l'année 2014.
    L'économie espagnole, sortie d'une déprime de près de cinq
ans vers la mi-2013, a crû de 0,5% au troisième trimestre,
portée par un rebond de la consommation des ménages.
    La composante emploi a également progressé, passant de 50,2
à 50,8. Sur les 12 derniers mois, elle est ressortie à neuf
reprises à un niveau supérieur à 50.
          
    * IRLANDE - NOUVELLE FORTE HAUSSE DU SECTEUR DES SERVICES
    DUBLIN - La croissance du secteur irlandais des services
s'est nettement accélérée en décembre, ce qui suggère que
l'économie du pays a connu une bonne fin d'année.
    L'indice PMI des services est passé de 61,6 en novembre à
62,6 le mois dernier, retrouvant ainsi le pic de près de huit
ans atteint une première fois en juin. Il se maintient au-dessus
de 60 depuis dix mois maintenant et n'est pas retombé sous le
seuil de 50 depuis juillet 2012.
    L'indice équivalent pour le secteur manufacturier est
ressorti à 56,9, un pic de quatre mois et au-dessus de la barre
des 50 pour le dix-neuvième mois d'affilée.
    L'économie irlandaise devrait croître de près de 5% cette
année, ce qui serait la meilleure performance des pays de
l'Union européenne.
    La composante emploi est passée de 60,7 à 61,8, du jamais vu
depuis le lancement de cette enquête en mai 2000. Le Premier
ministre irlandais Enda Kenny a dit lundi vouloir ramener le
taux de chômage sous la barre des 10% cette année contre 10,7%
actuellement.

 (Benoit Van Overstraeten pour le service français)