January 5, 2015 / 10:19 AM / 3 years ago

BOURSE-Baisse de Virbac, prix de rachat d'actifs à Eli Lilly jugé élevé

3 MINUTES DE LECTURE

* Deux antiparasitaires acquis pour $410 millions à Eli Lilly

* L'opération sera financée par endettement

* Effet relutif sur l'Ebitda dès 2015

* L'action chute de près de 2%

PARIS, 5 janvier (Reuters) - Le laboratoire vétérinaire Virbac cède du terrain lundi à la Bourse de Paris au lendemain de l'annonce de la clôture du rachat de deux antiparasitaires pour chien à l'américain Eli Lilly à un prix de 410 millions de dollars (343 millions d'euros) jugé trop élevé par des analystes.

Vers 11h10, l'action perdait 1,8% à 171 euros donnant une capitalisation boursière de 1,44 milliard d'euros.

Le rachat des antiparasitaires d'Eli Lilly, de loin la plus importante opération réalisée à ce jour par le groupe français, est la conséquence du rachat par Eli Lilly de la division de santé animale de Novartis que la Federal Trade Commission a autorisée, moyennant la cession de ces produits vétérinaires.

Virbac a déclaré que le montant "assez élevé" du rachat de ces deux antiparasitaires internes et externes était justifié par la valeur de la marque Sentinel aux Etats-Unis et les perspectives que cela donne à sa filiale américaine.

"Payer 410 millions de dollars pour seulement deux produits c'est assez cher puisque cela représente quatre fois le chiffre d'affaires des activités rachetées. C'est ce que la Bourse sanctionne ce matin. Reste que ces deux produits pourraient assurer une partie importante de la croissance future de Virbac", commente de son côté un analyste bancaire sous couvert d'anonymat.

Les Acquisitions passées intégrées Avec succès

Un autre analyste rappelle que Virbac a déjà procédé à plusieurs acquisitions dans le passé et qu'il les a intégrées avec succès.

Ces dernières années, Virbac a plutôt réalisé des acquisitions dans le domaine des animaux d'élevage : l'uruguayen Santa Elena (traitement à destination des bovins), l'australien Axon Animal Health (chevaux) et le chilien Centrovet (aquaculture).

En décembre dernier, la société a signé un accord de développement avec Nexvet, une start-up américaine spécialisée dans le développement d'anticorps monoclonaux à usage vétérinaire.

Virbac attend des synergies "substantielles" de ce rachat qui aura un effet relutif au niveau de son Ebitda dès 2015. Il le sera "de façon certaine" sur le bénéfice par action en 2016 "et peut-être dès 2015, cela dépend de questions comptables", a déclaré Eric Marée, le président du directoire de Virbac lors d'une conférence téléphonique.

Le ratio dette nette sur fonds propre devrait, lui, monter "à un pour un à fin 2015 alors qu'il était en dessous de 50% à fin 2014 tandis que le ratio dette sur Ebitda, en dessous de 1,50 à la fin 2014, sera en dessous de trois à la fin 2015", a-t-il précisé.

Grâce à l'acquisition des antiparasitaires d'Eli Lilly, Virbac devrait réaliser en 2015 sur le marché américain des animaux de compagnie un chiffre d'affaires d'environ 230 millions de dollars, contre 130 millions en 2014, tandis que sa part de marché passera de 4% à 6,5-7%. (Noëlle Mennella, édité par Jean-Michel Bélot)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below