RPT-Wall Street-Vers un rebond du secteur de l'énergie en 2015?

lundi 5 janvier 2015 06h00
 

(Répétition sans changement d'une dépêche publiée dimanche)

par Ryan Vlastelica

NEW YORK, 5 janvier (Reuters) - 2014 à été une année détestable pour le secteur lié à l'énergie à Wall Street et, même si la première séance boursière de l'année 2015 a connu un nouvel accès de faiblesse du baril de pétrole, les investisseurs commencent à se demander à quel moment le secteur pourrait commencer à repartir de l'avant.

Les cours du pétrole brut ont baissé de 42% au quatrième trimestre. On ne connaît pas encore l'impact de cette chute sur les résultats des sociétés mais, à voir les prévisions des analystes financiers, il devrait être sérieux. Selon le consensus Thomson Reuters, les analystes tablent en moyenne sur des résultats du quatrième trimestre en baisse de 19,6%, alors qu'ils les attendaient en hausse de 6,4% le 1er octobre.

Malgré cette tendance à la baisse des perspectives de résultats, les analystes estiment qu'après la chute brutale des cours de Bourse dans le secteur, certains investisseurs vont commencer à chercher des opportunités d'achats à bon compte.

"Personne ne sera surpris de voir les profits baisser, ce qui fait que si vous n'êtes pas exposés au secteur, c'est le moment d'y entrer", dit Scott Wren, responsable de la stratégie chez Wells Fargo Advisors, qui était neutre sur le secteur.

"Le marché est prêt à encaisser de mauvaises nouvelles."

Toutefois, les investisseurs n'ont pas fuit le secteur dans son ensemble, même pendant la glissade du quatrième trimestre. Un échantillon de 85 fonds du secteur de l'énergie suivi par Lipper, filiale de Thomson Reuters, montre qu'ils ont bénéficié de cinq semaines consécutives de flux positifs à fin novembre, avec plus de 3,5 milliards de dollars d'entrées nettes.

Parmi les acheteurs, Michael Matousek, responsable du trading chez U.S. Global Investors à San Antonio au Texas, annonce qu'il augmente son exposition au secteur "car les valeurs y sont tellement bon marché actuellement".   Suite...