2 janvier 2015 / 15:43 / il y a 3 ans

LEAD 1-RBS recule après un article évoquant une amende aux USA

(Citation d'analyste, contexte, cours actualisé)

par Pamela Barbaglia et Lionel Laurent

LONDRES, 2 janvier (Reuters) - Royal Bank of Scotland risque de devoir payer plus que prévu pour régler un contentieux aux Etats-Unis lié à la vente litigieuse de produits titrisés, rapporte le Times vendredi, information qui a entraîné une baisse du cours de Bourse.

La banque en partie nationalisée, qui a mis en réserve 1,9 milliard de livres (2,4 milliards d'euros) pour régler le dossier, risque de devoir débourser plus de cinq milliards de livres (6,4 milliards d'euros) d'amendes attachées à la vente de 32 milliards de dollars (26,6 milliards d'euros) de valeurs mobilières adossées à des crédits hypothécaires (MBS), ajoute le quotidien.

Ces amendes seraient infligées par la Federal Housing Finance Agency (FHFA).

Une porte-parole de RBS s'est refusé à tout commentaire.

RBS, dont Londres détient 80% du capital, a accepté en juin de payer 99,5 millions de dollars d'amendes pour avoir vendu dans des conditions critiquables plus de deux milliards de dollars de MBS durant la bulle immobilière de 2005 à 2007.

Le directeur général Ross McEwan avait dit en octobre que la banque passerait le dividende tant que ses fonds propres n'auraient pas été renforcés et tant qu'elle n'y verrait pas plus clair sur le chapitre contentieux.

L'action RBS perdait 1,3% à 389,2 pence dans l'après-midi, tandis que l'indice FTSE-100 cédait 0,2%.

"Nous pensons qu'un règlement de cinq milliards de dollars correspondrait aux anticipations les plus élevées du marché dans ce cas particulier et dépasserait un peu ce que d'autres banques ont versé pour ce qui est du type d'actif concerné; mais pourquoi pas?", commente Leigh Goodwin (RBC Capital Markets).

"Le règlement avec la FHFA sera sans doute le plus lourd qui soit lié à des contentieux en cours et se traduisant par des pénalités pour mauvaise conduite auxquelles RBS reste confrontée mais il y en a bien d'autres et qui risquent de durer des années", ajoute-t-il.

"Ce qui est certain, c'est que les investisseurs doivent en tenir compte dans leurs prévisions de résultat et de dividende".

Les analystes de Crédit Suisse estimaient l'an passé que les banques européennes devraient régler une ardoise de 11 milliards de dollars aux Etats-Unis pour régler divers contentieux touchant à des actifs titrisés. (Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Bertrand Boucey)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below