La croissance anémique justifie une politique expansive-Lagarde (FMI)

mercredi 31 décembre 2014 12h55
 

ROME, 31 décembre (Reuters) - Des politiques monétaires accommodantes resteront nécessaires tant que la croissance mondiale sera faible, déclare Christine Lagarde, la directrice générale du Fonds monétaire international, dans une tribune publiée mercredi par le journal italien Il Sole 24 Ore.

De l'Europe à la Chine, les banques centrales ont réduit leurs taux en 2014 pour tenter de relancer l'activité et certaines d'entre elles, dont la Banque centrale européenne, envisagent maintenant de faire tourner la planche à billets pour racheter des obligations souveraines.

"Une politique monétaire expansive sera nécessaire tant que la croissance restera anémique, même si nous devons faire très attention au risque d'effets collatéraux potentiels", écrit Christine Lagarde dans sa tribune.

Six ans après la crise financière de 2008, l'économie mondiale risque de s'enliser dans une période prolongée de croissance faible peu créatrice d'emplois, ce qui selon Christine Lagarde rend nécessaire une nouvelle impulsion politique pour mettre en oeuvre les mesures décidées par les pays du G20 le mois dernier.

Des progrès ont été accomplis pour mieux réguler les services financiers mais c'est maintenant aux pays de mettre en oeuvre des réformes, ajoute-t-elle.

La patronne du FMI demande un meilleur contrôle de la finance parallèle, hors du circuit bancaire, et juge qu'il faut encore améliorer la qualité des données sur le secteur financier pour parvenir à une réglementation plus efficace.

Pour regagner la confiance du public, le secteur financier doit changer de culture et avoir un "comportement éthique", ajoute-t-elle.

Elle dit par ailleurs avoir bon espoir de voir adopter un accord mondial sur le climat avant la fin 2015. (Isla Binnie, Véronique Tison pour le service français)