LEAD 1-La Banque d'Espagne voit la croissance s'accélérer au T4

mardi 23 décembre 2014 15h19
 

(Actualisé avec précisions, contexte)

MADRID, 23 décembre (Reuters) - La Banque d'Espagne a relevé mardi sa prévision de croissance pour 2014 et noté une accélération de la croissance au quatrième trimestre, confirmant l'optimisme des analystes qui estiment que la baisse des cours du pétrole devrait favoriser la reprise.

Une croissance ralentie en zone euro continue toutefois de représenter un risque, a ajouté la banque centrale dans un rapport économique, ajoutant que les cours du pétrole, qui ont chuté de près de moitié depuis juin, constituent aussi un élément d'incertitude pour un pays qui importe l'essentiel de son énergie.

Quoi qu'il en soit, la Banque d'Espagne estime la hausse du produit intérieur brut (PIB) à 0,6% sur les trois derniers mois de l'année par rapport au troisième trimestre, après une hausse de 0,5% pour les deux trimestres précédents.

La banque a relevé sa prévision de croissance du PIB en 2014 de 1,3% à 1,4%, tout en maintenant sa prévision de croissance à 2% pour l'ensemble de l'année 2015.

"L'affaiblissement probable de nos marchés à l'exportation sur l'ensemble de l'an prochain devrait être compensé par une nouvelle amélioration des conditions de financement, la dépréciation du taux de change de l'euro et la baisse considérable des prix du pétrole", annonce la banque.

La Banque d'Espagne indique dans son rapport que les dépenses de consommation ont progressé au quatrième trimestre.

L'Espagne est sortie d'une profonde récession marquée par une crise bancaire, une explosion du chômage et une longue crise immobilière pour afficher un des taux de croissance les plus élevés de la zone euro cette année.

La baisse des coûts de financement de l'Etat a encouragé cette reprise dans un contexte de reflux des craintes d'un éclatement de la zone euro. Ce recul des coûts de financement se propage lentement à la sphère des entreprises et des ménages.

En 2015, année électorale, des baisses d'impôts prévues, notamment pour les faibles revenus, ainsi que le reprise de l'activité dans le secteur de la construction après sept ans de panne devraient contribuer à soutenir la croissance espagnole, estiment certains économistes, bien que le chômage soit à 23,6%.

Le club de réflexion Funcas et l'association d'entreprises CEOE ont relevé leurs prévisions de croissance pour l'an prochain, à respectivement 2% et 2,4%. (Sarah White, Claude Chendjou et Juliette Rouillon pour le service français, édité par Patrick Vignal)