Les M&A ont atteint un pic de sept ans en 2014

lundi 22 décembre 2014 11h48
 

par Pamela Barbaglia et Sophie Sassard

LONDRES, 22 décembre (Reuters) - La valeur globale des fusions et acquisitions (M&A) dans le monde a été cette année la plus élevée depuis 2007 mais la chute des cours pétrolier et la crise économique russe soulèvent des interrogations pour 2015.

Au 11 décembre, les M&A représentaient 3.270 milliards de dollars (2.665 milliards d'euros), soit 40% de plus que la période comparable de l'an passé, au plus haut depuis les 4.210 milliards de 2007, selon des données Thomson Reuters.

Télécoms, santé et biens de grande consommation ont été le théâtre de grosses OPA, lesquelles sont annonciatrices d'autres opérations du même gabarit dans la mesure où les concurrents voudront défendre leur pré carré.

C'est ainsi que l'intention de l'opérateur télécoms britannique de racheter l'opérateur mobile EE devrait pousser les concurrents à sceller leurs propres alliances dans un mouvement de convergence entre fixe, mobile et télévision payante.

L'année 2007 avait vu une multiplication des opérations de rachat avec effet de levier (BLO), alors que 2014 aura été une année plus prudente, les transactions étant plutôt financées par des actions que par la dette.

Les entreprises n'ont pas encore fait totalement table rase du passif hérité de la crise et préfèrent encore la sécurité plutôt que partir à l'aventure, à l'exemple de ce qu'a tenté Iliad avec T-Mobile US.

"Le besoin de rester compétitif et de renforcer le métier de base est la principale incitation", commente Wilhelm Schulz (Citi).

"Les sociétés ont davantage confiance et peuvent surmonter les contretemps parce que leurs perspectives sont moins entachées d'incertitude", renchérit Chris Ventresca (JPMorgan).   Suite...