December 21, 2014 / 2:37 PM / 3 years ago

LEAD 1-Samaras tente d'amadouer les élus indépendants en Grèce

3 MINUTES DE LECTURE

(Avec offre aux indépendants, réactions)

par George Georgiopoulos

ATHENES, 21 décembre (Reuters) - A deux jours du deuxième tour de la présidentielle en Grèce, le Premier ministre Antonis Samaras a offert dimanche d'élargir sa coalition aux élus indépendants et d'organiser un scrutin législatif à la fin 2015 en échange de la désignation par les parlementaires d'un président avant la fin de l'année.

Le dirigeant conservateur redoute de ne pas obtenir la majorité nécessaire à l'élection du chef de l'Etat, ce qui entraînerait la convocation de législatives anticipées pour lesquelles le parti de gauche Syriza est donné favori.

Dans une allocution télévisée, Antonis Samaras, qui a besoin d'un minimum de vingt voix en provenance des indépendants ou des petits partis, a appelé les députés de la Vouli, le parlement monocaméral, à écouter "la voix de l'intérêt national et du bon sens" en élisant son candidat Stavros Dimas à la tête de l'Etat.

"Ensuite, à l'abri sur les plans économique et politique, nous pourrons trouver un calendrier adapté pour des élections nationales même à la fin 2015", a-t-il dit.

Dans un appel du pied aux députés indépendants pro-européens, Antonis Samaras s'est également dit prêt à élargir la coalition au pouvoir - rassemblant les conservateurs de Nouvelle démocratie et les socialistes du Pasok.

Le Premier ministre a estimé qu'Athènes avait le devoir d'achever ses négociations avec ses créanciers - l'Union européenne et le Fonds monétaire international - avant d'organiser des législatives.

Vassilis Economou, un élu indépendant et europhile dont les intentions sont actuellement scrutées à la loupe, a salué l'offre du Premier ministre et appelé d'autres élus sans étiquette à soutenir le gouvernement.

Syriza, qui veut renégocier le plan de sauvetage financier, a rejeté la proposition de même que le parti nationaliste des Grecs indépendants.

Le parti de la Gauche démocratique, qui a fait partie de la coalition au pouvoir depuis juin 2012 avant de la quitter il y a un an et demi, a déclaré qu'il étudierait sa réponse à l'offre de Samaras lundi lors d'une réunion au parlement.

Antonis Samaras n'est pas parvenu à faire élire dès le premier tour mercredi son candidat Stavros Dimas, qui n'a recueilli que 160 voix sur 300 députés, soit à peine davantage que la majorité de 155 élus dont dispose la coalition au pouvoir.

Il faudra 180 voix pour être élu lors du troisième tour prévu le 29 décembre, faute de quoi des élections législatives anticipées seront organisées d'ici début février. (avec Renee Maltezou; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below