Double revers pour Roche sur Alzheimer et le cancer du sein

vendredi 19 décembre 2014 10h41
 

ZURICH/LONDRES, 19 décembre (Reuters) - Roche a annoncé vendredi l'arrêt d'une importante étude clinique sur un traitement expérimental de la maladie d'Alzheimer, un nouveau revers qui illustre les difficultés de la recherche sur cette maladie dégénérative.

Le groupe pharmaceutique suisse a également déclaré qu'un essai sur le cancer du sein n'avait démontré aucun bénéfice dans l'inclusion de son nouveau médicament Kadcyla à des traitements existants, ce qui le prive d'une opportunité de développement supplémentaire sur ce segment.

Le chiffre d'affaires potentiel de Kadcyla, estimé jusqu'à présent à 2,5 milliards de francs suisses à l'horizon 2020, devra être "revu significativement à la baisse", a commenté Fabian Wenner, analyste de Kepler Cheuvreux.

L'action Roche perdait 5% en matinée sur le marché suisse après ce double revers.

A Francfort, la société de biotechnologies allemande MorphoSys, associée à Roche sur le projet de traitement de la maladie d'Alzheimer, chutait de près de 9%.

L'échec de Roche et MorphoSys sur le gantenerumab, ce traitement d'Alzheimer, est particulièrement décevant car l'essai de phase III concerné portait sur le stade dit prodromal de la maladie, c'est à dire avant l'apparition de signes de démence, une phase qui alimente le plus d'espoirs chez les chercheurs.

A la différence du cancer et des maladies cardiaques, la maladie d'Alzheimer, qui touche déjà 44 millions de personnes dans le monde, un chiffre susceptible de tripler d'ici 2050, n'a donné lieu à aucune autorisation de mise sur le marché de nouveau traitement depuis une dizaine d'années.

Malgré l'échec du gantenerumab, qui intervient après celui d'un autre médicament expérimental, Roche a assuré vendredi qu'il poursuivrait ses efforts dans ce domaine.

"Nous restons déterminés à rechercher de nouveaux médicaments pour cette maladie dévastatrice", a déclaré la directrice de la recherche médicale du groupe, Sandra Horning.

(Silke Koltrowitz et Ben Hirschler, Marc Angrand pour le service français)