Croissance-Hollande satisfait par l'Insee mais veut plus

vendredi 19 décembre 2014 01h18
 

BRUXELLES, 19 décembre (Reuters) - François Hollande a jugé jeudi que les prévisions de croissance de l'Insee pour 2015, qui table sur un acquis de 0,7% à la fin du premier semestre, montraient que la France était sur la bonne voie par rapport aux prévisions budgétaires mais que ce niveau restait insuffisant.

L'Insee prévoit 0,3% de croissance pour le premier et le deuxième trimestres 2015, un niveau qui, rappelle sa dernière note de conjoncture, ne permet pas encore de faire baisser le chômage.

A Bruxelles, à l'issue d'un sommet européen qui a validé le plan d'investissement de la Commission, censé donner un coup d'accélérateur à l'économie des Vingt-Huit, le président français s'est satisfait de voir l'Insee conforter le gouvernement dans ses prévisions.

Avec 0,7% de croissance acquise au 30 juin, "ça voudrait dire qu'on aurait fait pratiquement les deux tiers du chemin pour avoir 1% de croissance à la fin de l'année 2015", a souligné François Hollande en conférence de presse.

"Ça veut dire que le 1% qu'on a prévu dans le budget 2015 sera sans doute atteint", a-t-il ajouté.

Le président de la République a toutefois reconnu que ce taux de croissance, comme le prévoit l'Insee, serait insuffisant pour faire enfin reculer le chômage, objectif auquel il a lié son avenir depuis son entrée à l'Elysée il y a deux ans et demi.

Il a imputé la nécessité pour la France de "faire plus" de croissance que ses voisins à sa démographie dynamique, avec une augmentation régulière de la population active, mais a dit ne pas "s'en plaindre".

"Et puisque nous avons un risque sur la croissance par rapport à l'objectif de réduction du chômage, il faut continuer la politique d'emplois aidés, d'emplois d'avenir, il faut continuer à être encore plus compétitif", a-t-il ajouté.

"Il faut mettre davantage notre pays en mouvement pour avoir plus de croissance", a poursuivi François Hollande, qui a rarement de bonnes nouvelles à commenter sur le front économique et y a fait allusion jeudi.

"Je ne me plains pas de cette prévision qui avait été un peu mise en doute", a-t-il dit. "Je ne peux pas être le seul optimiste mais, c'est vrai que nous sommes en ligne par rapport à notre prévision de croissance pour l'année 2015." (Gregory Blachier)