France-Etat et partenaires sociaux sommés de coopérer sur les retraites

jeudi 18 décembre 2014 17h28
 

* Les régimes complémentaires concernent 30 millions de Français

* Les syndicats attachés à leur gestion paritaire autonome

* Ces régimes sont affectés par les décisions de l'Etat

par Emmanuel Jarry

PARIS, 18 décembre (Reuters) - La Cour des comptes recommande d'intégrer les régimes de retraites complémentaires du secteur privé, gérés par les partenaires sociaux, aux lois de financement de la Sécurité sociale pour assurer une meilleure coordination avec l'Etat.

Dans un rapport alarmant sur l'Arrco et l'Agirc publié jeudi mais déjà largement connu ( ), elle souligne que des décisions gouvernementales prises sans concertation avec les syndicats et le patronat ont contribué à dégrader leurs comptes.

Lors de la présentation de ce rapport, le premier président de la Cour, Didier Migaud, a pris soin de préciser qu'il ne s'agissait aucunement de placer sous tutelle des organismes qui constituent un pilier du système de retraites français.

Cette évolution se ferait "selon des modalités spécifiques préservant la responsabilité des partenaires sociaux", a-t-il dit lors d'une conférence de presse.

Des syndicats et des organisations patronales s'opposent à un tel élargissement des lois de financement de la protection sociale, dans lequel ils pressentent la fin du pilotage paritaire de régimes créés en 1947 (Agirc) et 1961 (Arrco) et obligatoires depuis 1972.   Suite...