LEAD 1-Les sociétés d'autoroutes d'ici mercredi à l'Elysée - sce

lundi 15 décembre 2014 18h19
 

(Actualisé avec précisions)

PARIS, 15 décembre (Reuters) - Une réunion avec les sociétés françaises d'autoroutes doit se tenir à l'Elysée d'ici mercredi pour tenter de dénouer la crise actuelle sur le régime des concessions autoroutières en France, a-t-on appris lundi de source proche du dossier.

La source n'a pas dit si la rencontre aurait lieu lundi soir, mardi ou mercredi, mais a précisé qu'elle se tiendrait avant la présentation du rapport d'information de la Commission du développement durable de l'Assemblée nationale sur la place des autoroutes dans les infrastructures de transport, prévue mercredi matin à 9h30.

L'Elysée n'a pas fait de commentaire. Aucun commentaire n'a pu être obtenu dans l'immédiat auprès des sociétés d'autoroutes, détenues en France par Vinci, Eiffage, l'australien Macquarie et l'espagnol Abertis.

Accusés depuis l'automne de bénéficier d'une rente, les concessionnaires autoroutiers ont rencontré à deux reprises Ségolène Royal, ministre de l'Ecologie, et Emmanuel Macron, ministre de l'Economie.

Une source proche du dossier avait indiqué vendredi à Reuters qu'une autre réunion se tiendrait dans les prochains jours pour évoquer les propositions des sociétés d'autoroutes pour sortir de la crise. Mais cette source avait laissé entendre que la rencontre aurait lieu à nouveau au niveau gouvernemental.

L'Etat français aimerait mettre davantage les concessionnaires à contribution pour le financement des infrastructures de transport. Selon le Journal du dimanche, il souhaiterait aussi obtenir un gel des péages en 2015, à la place de la hausse de 0,6% prévue en moyenne.

Les sociétés d'autoroutes, désormais représentées pour les négociations par le président de Macquarie France, Bruno Angles, n'excluent pas une flexibilité des tarifs de telle ou telle année, mais à condition qu'elle soit compensée économiquement dans le cadre d'un accord global.

Le bras de fer s'est durci d'un cran la semaine dernière, plus de la moitié des députés socialistes ayant appelé à la dénonciation des contrats de concession et au rachat des autoroutes par l'Etat. Les concessionnaires ont répondu qu'en cas de résiliation, ils cesseraient les négociations et réclameraient l'indemnisation prévue par l'article 38 des contrats de concession. (Julien Ponthus, avec Gilles Guillaume, édité par Cyril Altmeyer)