Gazoduc South Stream-Merkel pousse Sofia à discuter avec Moscou

lundi 15 décembre 2014 17h48
 

BERLIN, 15 décembre (Reuters) - La chancelière allemande Angela Merkel a soutenu lundi Sofia dans sa tentative d'ouvrir de nouvelles négociations avec Moscou sur le gazoduc South Stream, après l'annonce au début du mois de l'abandon du projet par Gazprom.

L'Union européenne, en désaccord avec la Russie en raison du conflit ukrainien et désireuse de diminuer son degré de dépendance à l'énergie russe, a par le passé soulevé des objections au projet de 40 milliards de dollars (32 milliards d'euros environ), qui devait relier la Russie à l'Europe du Sud via la Bulgarie en contournant le territoire ukrainien et en passant sous la mer Noire.

Les détracteurs du projet y voient une violation du droit européen, tandis que quelques Etats européens, qui bénéficieraient pour leur part d'un tel gazoduc, espèrent que le projet puisse encore aboutir.

"Nous devons examiner tous les aspects légaux concernant le projet South Stream et les utiliser ensuite pour faire avancer les discussions avec la Russie", a déclaré Angela Merkel après s'être entretenue avec le Premier ministre bulgare Boïko Borissov à Berlin.

De nombreux contrats ont déjà été signés et il est important pour chacune des parties de demeurer des partenaires fiables, a ajouté la dirigeante allemande.

"Nous pensons que les partenaires russes et bulgares doivent poursuivre sur des fondements légaux, autrement nous violerions le contrat qui a été signé avec la Bulgarie plutôt qu'avec l'Union européenne en 2006", a pour sa part déclaré Boïko Borissov.

Le président russe Vladimir Poutine a surpris l'Europe au début du mois en annonçant l'abandon du projet South Stream en raison des critiques européennes, lors d'un déplacement en Turquie au cours duquel il a par ailleurs proposé à Ankara de construire un gazoduc vers son territoire. (Andreas Rinke; Agathe Machecourt pour le service français)